Mesurettes cachant mal l’incohérence

Publié le par jps

 

166 mesures + 94 précédentes = 260 mesures qui relèvent plus d’un catalogue que d’un plan global. Sarkozy, et ses collaborateurs ne parviennent pas une synthèse. C’est de l’illusion en grande partie : Rien dans les mains, tout dans les poches (+207% d’indemnités présidentielles et triplement du budget de l'Elysée voté en 2007) et show de vent. Pour être crédible faudrait-il commencer par soi-même et ses services, l'exemplarité a du bon. Cette manière de s'exprimer avec une fausse décontraction, une véritable autosatisfaction nous décrivant tout ce qu'il fait comme exceptionnel, historique et ceci avec de multiples apartés. En fait, C’est brouillon, ce n’est pas un plan de relance, aucune vision de la France. Cela "manque d’une dimension politique et d’une stratégie économique " (Hervé Mariton) 166 mesures pour un gain de 7 milliards d’Euros alors qu’il lui a suffit d’une mesure en début de quinquéna pour réduire les recettes de 15 milliards (bouclier fiscal). C’est du raccommodage après avoir fait des trous dans le budget, d’autant que, encore à l’heure actuelle, des décisions, constituant des dépenses supplémentaires, sont prises. Toutes ces mesures ne sont pas à bannir. Il serait plus juste de les dénommer mesurettes, mais il n’y a pas de petites économies dit l’adage. Selon Alexander Law, chef économiste au cabinet de recherche Xerfi, "on fait des effets d'annonce pour rassurer un peu tout le monde à l'horizon 2012. Auparavant les propositions étaient décevantes. A présent, il semblerait qu’il convient d’être, un tout petit peu, moins critique. Alors, voyons quelques-unes d’entre elles. 

sarkozy préconise un abaissement des plafonds de ressources pour les candidats à un logement social, en parallèle à un relèvement des surloyers payés par les locataires les plus aisés. A priori cette baisse (10%) des seuils d'accès au logement social va dans le bon sens, au regard des logements sociaux que bénéficient certaines personnes dont sont dénombrés quelques élus et conseillers. 

Que les contrats aidés soient réservés aux bénéficiaires de minima sociaux me paraît de bonne gestion. De même que concentrer les aides directes aux entreprises, de moins de 5.000 salariés, qui sont accusées de doublons et d'empilements par plusieurs
rapports récents. L'objectif est d'économiser 200 millions d'euros en les recentrant sur l'innovation et les PME. Très bien, cependant il eut été préférable d’aller plus loin, de les réserver, semble-t-il, aux très petites et moyennes entreprises. 

La suppression des suppléments de pension des fonctionnaires en retraite en outre-mer me paraît être une mesure d’équité, dés lors qu’ils n’ont pas d’attache familiale en ces lieux. Un décret de 1952 accorde, pour compenser le coût de la vie dans les territoires d’outre-mer, aux retraités de la fonction publique civile et militaire installés à la Réunion, à Mayotte, en Nouvelle-Calédonie, en Polynésie française et à Saint-Pierre-et-Miquelon des suppléments de retraite qui peuvent aller de 35 à 75% selon les territoires, à condition que ceux-ci ne s’absentent du territoire plus de 40 jours par an ou 80 jours tous les deux ans. La Cour des comptes établit son coût à 330 millions d’euros en 2008.

L’utilisation de la nouvelle technologie permet sans aucun doute d’"Alléger la charge de gardes statiques des bâtiments." et peut être d’éviter évitant "le transfert de détenus grâce à la visioconférence ". Cependant il conviendra de veiller à ce que l’allégement des services diplomatiques ne nuise pas au rayonnement de la France et des français à l’étranger. 

Les structures de l'administration vont subir une cure minceur. Ainsi, le nombre des directions régionales de l'Etat sera réduit à huit contre 30-35 actuellement. Une réduction d'effectifs n’est pas forcément synonyme de baisse de qualité des services publics. Au demeurant, il ne faudrait pas que cela mène à l’excès notamment qu’il faille faire la queue dans les administrations.

Dans le même esprit le non-remplacement d’un fonctionnaire sur deux partant en retraite est compréhensible si ce n’est que cette proportion paraît présomptueuse et à condition que cela ne préjudicie pas au bon fonctionnement des services publics : classes surchargées, pas assez d'infirmières ou de lits à l’hôpital, attendre des heures aux urgences avec un enfant malade, si les femmes pour accoucher ne devront faire plus de 100 KM, si les gendarmes pourront intervenir rapidement en cas de nécessité, etc…sinon le remplacement se fera par des prestataires extérieurs qui coûtent nettement plus chers. N’est-ce pas mettre subrepticement en application l’AGCS ?

Je supprime d'un côté 1 fonctionnaire sur 2 et de l'autre je crée de nouveaux postes pour mes amis. N’a t-il pas créé, après les municipales, 4 postes secrétariats d'Etat, alors même que pendant la campagne présidentielle il prônait un gouvernement restreint de 15 membres ? 

La mutualisation des services d’achat, d’habillement et d’alimentation participe à une rationalisation des dépenses. Cependant cette mesure ne saurait masquer les dépenses qu’engendre la présence de plus de 2200 militaires français déployés en Afghanistan (1500 militaires dans ce pays dont 975 à Kaboul), au Tadjikistan, au Kirghizistan et en océan Indien, dans le cadre des opérations de la Force internationale d'assistance à la sécurité (FIAS) de l'OTAN et de l'opération Enduring Freedom (OEF). Ils proviennent de l’état-major tactique armé par la 3e brigade mécanisée de Limoges, un escadron d’éclairage et d’investigation du 1er -11e régiment de cuirassiers de Carpiagne, une unité de commandement et de logistique du 126e régiment d’infanterie de Brives-la-Gaillarde, une compagnie d’infanterie du 126e régiment d’infanterie, et un détachement du 31e régiment du génie de Castelsarrazin. 6 avions de combat opèrent en Afghanistan. Ainsi que 28 Rafale et Super Etendard sur un porte-avions. D’autres navires sont également présents à proximité. Alors que le quotidien britannique The Times avance 1.000 soldats français supplémentaires, sarkozy parle d’envoi de 700 hommes à Bucarest en renfort en Afghanistan renfort qui devrait coûter selon lui150 millions d'euros par an. En fait il s’agit bien de 1000 hommes supplémentaires car s’ajoute à ces 700 hommes, 300 hommes supplémentaires pour prendre à Kaboul pour la deuxième fois, la responsabilité de la RCC (Regional Command Capital). C’est à dire le commandement tournant entre trois pays : France, Italie et Turquie et 80 hommes car la France prévoit d'envoyer une cinquième équipe d'OMLT (Operationnal Mentoring Liaison Team) dans la province d'Oruzgan, un secteur confié aux Hollandais. L'effectif de cette OMLT sera d'environ 80 hommes, issus pour l'essentiel du 2ème Régiment étranger d'infanterie (REI). Ainsi nous obtenons un total de 1080 hommes en renfort. Fillon a déclaré mardi à l'Assemblée nationale que la France pourrait envoyer "de l'ordre de quelques centaines de soldats supplémentaires" en Afghanistan pour renforcer le contingent français dans ce pays. C’est vrai que 1000 ce n’est que "quelques centaines ". Sarkozy, Fillon aiment jouer avec les mots et entretenir le flou. Tout est question de sémantique. Quand est-il du nombre exact ? Comment peut-on parler de gestion rigoureuse est en même temps envoyer des troupes supplémentaires en Afghanistan ? Ils ne sont pas à une contradiction prêt. Veulent-ils aider G.Bush d’autant que les conflits en Irak et en Afghanistan lui reviennent très chers. Nous allons dans un bourbier !

Encore d’autres ressources en moins ! Christine Albanel, la ministre de la Culture, a annoncé la création d’une "nouvelle niche", un prêt à taux zéro assorti d’une défiscalisation de plus pour relancer le marché de l’art". Les collectionneurs d’objet d’art peuvent la remercier qui peut se payer des objets d’art ? Une mesure pour les plus aisés et le manque à gagner se fera sur le compte de tous les Français. Les artistes sont choyés, ils ne gagnent pas suffisamment ? Quelle incohérence, suppression de dépenses et concomitamment suppression de recettes !

Ils nous promettent un autre prochain train de mesures : 
Supprimeront ils les voitures avec chauffeurs, les dîners fastueux (au Fouquet ou les réceptions somptueuses de Rachida Dati), la carte bancaire de l'Elysée (en libre service puisque Cécilia l’utilisait), les aller et retour en jet privé (uniquement pour faire acte de présence comme Estrosi) ?
Entreprendront-ils la réforme du système de retraite des parlementaires ? (d’autant qu’ils nous demandent de cotiser une année de plus pour bénéficier d’une retraite à taux plein)
Cesseront-ils le transfert continu des charges sur les collectivités territoriales sans pour autant transférer les budgets ?
Abrogeront-ils l'ensemble des niches fiscales ?
Interdiront-ils les parachutes dorés ?
Redonneront-ils du pouvoir d’achat au Français ?

Nous n’y croyons plus ! Pour ma part avec eux je n’y aie jamais cru ! 

A quand une politique économique et sociale pragmatique et réaliste, en ne privilégiant plus le consumérisme à outrance mais plutôt une juste répartition de la richesse ou de l'impécuniosité conjoncturelle ?

Commenter cet article

lecridupeuple 11/04/2008 13:17

BonjourOn peut dire que ces réformettes ou mesurettes sont des mesures essentiellement comptables et financières. Elles n'analysent pas les choses en profondeur et se cantonnent à analyser les chiffres. Tenir et Résister

TendrePoison 08/04/2008 12:23

Contente de voir que vous êtes toujours là! et merci pour votre regard attentif et critique que je suis toujours avec autant d'intérêt

ciboulette 07/04/2008 15:16

J'attends toujours le WE avec impatience pour lire vos rubriques qui le plus souvent sont des analyses très pertinentes qui me permettent d'apprendre beaucoup. Merci encore si ce n'est déjà fait.

dubruel 07/04/2008 13:03

mille fois d'accord (tristement) avec toutes vos remarquescordialementcharles