La droite enterre le gaullisme

Publié le par jps

Ainsi, la droite assure une triple rupture :


Rupture de filiation d’abord : on ne fait plus référence à de Gaulle, mais plutôt à Madame Thatcher, à Monsieur Reagan ou encore à Georges Bush. Le voyage empressé de Nicolas Sarkozy à Washington pour rencontrer Georges Bush et l’application atlantiste sur de nombreux dossiers de la nouvelle génération montrent, jusqu’à la caricature, que l’on est bien loin de la fière et farouche indépendance gaulliste vis-à-vis des Américains que de Gaulle a toujours tenus à distance.

 

Rupture théorique ensuite, notamment sur la vision de la place de l’Etat. On est passé d’une notion de l’Etat régulateur social, initiateur de grands travaux à la volonté du moins d’Etat possible, d’un Etat qui s’efface partout et qui concède par pans entiers des ensembles clés qui l’ont longtemps constitué, à commencer par l’Ecole de la république dont les personnels sont pour partie dorénavant, non plus sous sa tutelle mais sous celle de nombreuses collectivités locales. Aujourd’hui, l’Etat brade toutes les plus belles entreprises publiques qui, du temps de De Gaulle, étaient vues comme autant de témoignages de la réussite d’un chef qui avait su relancer la machine économique après la guerre. Le secteur de l’énergie avec Elf, Total, EDF, en est l’illustration, car tous ces fleurons industriels ont été créés par l’Etat ou avec son lourd soutien et tous, aujourd’hui, sont soit vendus soit en passe de l’être par les nouveaux libéraux.

 

Rupture de méthode enfin, car la droite sarkosyste va incontestablement frayer dans les eaux troubles de l’extrême droite, attitude que de Gaulle et ses amis d’alors, qui s’étaient construit contre Vichy, ont toujours repoussée. Aujourd’hui la droite utilise le vocabulaire du FN (Karcher,…), la logique répressive du FN et tente ainsi de se rendre audible pour l’électorat de l’extrême droite. On est loin de la géographie politique d’un de Gaulle, aux frontières infranchissables sur sa droite et l’on est passé d’un mépris combatif à une certaine séduction.

reprise d'une partie des écrits de
Philippe BAUMEL Maire du Breuil

 

Vice-Président du Conseil régional

Publié dans droite

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article