Manipulation des chiffres

Publié le par jps

Chiffres relatifs à la sécurité

Sarkozy se plaît à dire que " depuis 2002, des résultats spectaculaires ont été obtenus en matière de lutte contre la délinquance ". Mais alors comment interpréter l'augmentation, sur cette même période, de 58 % pour les infractions à la législation sur les stupéfiants ? Et comment comprendre également l'augmentation de 62 % des délits à la police des étrangers ? s’interroge CAROLINE LAURENT dans Nicolas Sarkozy Ou le sécuritaire dangereux et inefficace.

Elle nous livre les raisons. A titre d'exemple, dans l'Hérault, l'inspection générale de la police nationale (IGPN) a mis à mal au printemps 2004 la fiabilité des statistiques locales pour l'exercice 2003 et le début de l'année 2004. En mars 2005,le directeur central de la sécurité publique reconnaît que " les auditeurs ont souligné que les statistiques étaient d'une sincérité douteuse, ce qui les a contraint à procéder à une réévaluation de plus de 8 % des données officielles ". Bref, des faits disparaissent pour faire baisser le nombre de faits délictueux. La nouvelle n'est pas surprenante pour ce policier d'expérience : " des ficelles pour faire baisser les stats, ça existe depuis longtemps. Par exemple, une voiture fracturée, on fait passer ça dans la catégorie dégradation et ce n'est plus un délit " Le constat est identique pour les chiffres des faits élucidés. L’IGPN avait constaté également qu'ils avaient été superficiellement gonflés." Là, c'est pareil poursuit notre policier expérimenté, un roulottier arrêté, on peut lui mettre sur le dos toutes les voitures cassées du quartier, c'est autant de faits élucidés ".Bref, des méthodes malheureusement classiques qui se seraient répandues dans tout l’Hexagone ( " Délinquance : quand les stats baissent artificiellement ", Midi Libre, 13 décembre 2005.)

Malgré ces chiffres tronqués, il a été constaté + 58% pour les infractions aux stupéfiants et les violences contre les personnes ont augmenté de 27 % sur la période 2001-2005. Les violences contre les personnes n'ont jamais cessé de s'accroître depuis 2002 : + 8,6 % en 2002, + 7,2 % en 2003, + 4,4 % en 2004, + 4,4 % en 2005. Les coups et blessures volontaires se sont accrus de 27,8 % sur cette la période et les autres atteintes volontaires aux personnes de 36,4 %. Les atteintes aux moeurs qui regroupent pour l’essentiel les affaires de proxénétisme, les viols et le harcèlement sexuel, ont bondi de 16,5%.

Le 1er janvier, le ministère de l’intérieur a arrêté son décompte à 6 heures du matin en établissant le bilan officiel à 396 véhicules incendiés (dont 83 par propagation). Or, ce chiffre est loin de la réalité. Après avoir contacté toutes les préfectures, Europe 1 révèle qu’au moins 683 véhicules ont été incendiés durant la nuit de la Saint-Sylvestre. (Une enquête réalisée par Guillaume Biet.)

 


Chiffres, Police et Sarkozy
Vidéo envoyée par sarkophage

Les autres chiffres également contestables :

Trucage des chiffres sur le logement http://www.agoravox.fr/article.php3?id_article=17390

Contestation du chiffre de l'inflation : Pour l’INSEE les prix à la consommation a augmenté de 1,6 % cependant l’association famille rurale présente le tableau suivant

Que vous pouvez retrouver sur  : http://www.famillesrurales.org/documents/actu/462_Dossier_Presse_Obs_Prix.pdf

chiffre du chomage : Les associations (Réseau d'Alerte sur les Inégalités, AC!, MNCP, Réseau Stop Précarité) et syndicats (Snu ANPE, Sud ANPE, CGT Insee), le collectif Les autres chiffres du chômage (ACDC) a accusé les statistiques de cacher 2,3 millions de "chômeurs invisibles". Cependant L'ANPE a rappelé que les catégories de chômeurs "existent depuis 1995" et que leurs définitions n'ont depuis "pas changé".

Publié dans Sarkozy (divers)

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
A
Il est étonnant que les SDF (dont on a beaucoup parlé) en âge et en état de travailler ne soient pas comptés dans les statistiques de chomeurs.
Répondre