l'humour en politique

Publié le par jps

Interrogé, mercredi soir au Grand Journal de Canal + sur le principal défaut de la candidate socialiste dans la course à l'Elysée, le député de Saône-et-Loire avait répondu : " Ségolène Royal n'a qu'un seul défaut, son compagnon. " ajoutant " C'était pour rire " Arnaud Montebourg a le sens des formules. Il voulait démontrer que Ségolène avait été amené à trancher en défaveur de François Hollande lorsque celui-ci avait préconisé une augmentation d’impôt pour les revenus supérieurs à 4000 €. Arnauld Montebourg faisait implicitement allusion à cette divergence de position. Au demeurant en guise de petite remarque, à la question " quel est le principal défaut de sarkozy ", la réponse de Nadine Morano "Le chocolat" me paraît tellement niaise. Revenons au sujet … Julien Dray connaissant le mauvais état d’esprit de Nadine Morano n’a peut être pas souhaité s’y frotter et connaissant la verve acérée d’Arnaud il l’a chargé de cette mission, alors même qu’il n’était pas initialement prévu qu’il y participe.

Arnaud Montebourg n’a pas essayé de justifier la maladresse de ses propos. C’est une force de reconnaître ses erreurs. Reste que c’est une intelligence de ne pas les renouveler dans les mêmes circonstances. Il a tiré les conséquences de ses paroles puisqu’il s’est excusé auprès du couple Ségolène Royal et François Hollande, avant de présenter sa démission en qualité de porte-parole.

 

Je n’approuve pas la décision de Ségolène consistant à suspendre Arnaud Montebourg "pendant un mois" de ses fonctions de porte-parole, demi-mesure qui nuit à la clarté et à la compréhension d’une telle disposition. La question de l’utilité et de la lisibilité se pose. Il eut fallu soit ne plus accorder à Arnaud Montebourg cette fonction de porte-parole soit le conserver à ce poste. Cette seconde solution aurait été de bon conseil. Il me semble qu’il eut été préférable de rattacher la galéjade d’Arnaud Montebourg au précédent désaccord d’Holland avec Ségolène et prendre ainsi de la hauteur. Cela aurait eu pour avantage de souligner, d’une part, l’autorité dont avait fait preuve Ségolène dans ce différent relatif à la politique fiscale et, d’autre part, mettre en exergue l’ouverture d’esprit de François Hollande face aux facéties dont il est lui-même coutumier.

 

Arnaud Montebourg, est un des rares hommes politiques à s'intéresser par exemple aux flux financiers, aux paradis fiscaux, aux manipulations en tout genre, aux financements occultes des partis politiques. Je rappelle qu’il a animé une mission parlementaire d'information sur le blanchiment d'argent en Europe. C’est un farouche opposant à l'immunité du Président de la République. Arnaud Montebourg aurait peut être eu un avenir beaucoup plus prometteur comme brillant avocat dans le privé que comme député et porte-parole de campagne. Cependant son altruisme, sa probité et son sens développer du service public l’ont poussé à oeuvrer pour "l'intérêt général "

 

Même si parfois la plaisanterie est excluante par principe, et que l’humour est lyncheur par destination (Roger Felts), l’humour y a très certainement sa place en politique. Roger Scruton se méfiait d’une religion sans humour, je pense qu’il en est de même s’agissant de la politique. Le rire n'etant pas une gratuité insignifiante et l’humour étant un outil pernicieux,  où se situe la frontière entre la correction et l’incorrection politique ? Ségolène estime, à raison, que les bons mots ne doivent pas blesser ou dénigrer. Ségoléne l’accepte dès lors que ce n’est pas aux dépens d’autrui. Elle ne veut pas d’attaque personnelle même sous forme de boutade. C’est un principe qu’elle applique même à sa propre famille politique. "J'aurai la fermeté nécessaire pour que l'autorité juste et que l'ordre juste soient la règle", a-t-elle averti. " Je veux que mon porte-parole traite du fond "

 

Au demeurant Arnaud reste son ami sur France3 Ségolène a qualifié, par trois fois " Arnaud " comme étant " son ami " " Arnaud Montebourg a eu un écart de langage inutilement blessant. J'ai donc décidé de le suspendre pendant un mois de ses fonctions de porte-parole, même si je lui conserve ma confiance. " En réponse Arnaud Montebourg à Marseille a répondu le 18 janvier2007 "Si Ségolène m'entend, je veux lui dire ma fidélité indéfectible, mon soutien total pour ce qu'elle a engagé. Je veux lui exprimer mon attachement sincère à elle-même et à son travail et lui adresse la marque de mon amitié [.] la campagne participative est une idée extraordinaire [.] source d'espérance. "

Publié dans Arnaud Montebourg

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
F
Et s'il avait plutôt dit ça...



"Cécilia Sarkozy n’a qu’un seul défaut, c’est son compagnon…"
  
Petite précision :
 
Je ne lance pas cette « phrase miroir » pour permettre à certains de s’épancher sur la vie privée des politiques mais bien pour illustrer l’effet bizarroïde de cette tendance actuelle aux « petites phrases ».
 
La « saillie drolatique » d’Arnaud Montebourg n’est ni plus bête ni plus intelligente qu’une autre : dans une semaine, un mois ou un trimestre, tout le monde l’aura oubliée...
 
Elle sera vite remplacée par un « pet de travers » de Sarkozy ou une « gaffe Royal »… Le prochain « scandale verbal » sera peut-être l’interview anti-prof du couple Fillon-Allègre… ou peut-être ressortira-t-il dans un an, qui sait ?
 
 
Ainsi vont les médias, s’emparant du moindre estimé faux-pas de tel ou telle… La course à l’audience devient de l’Ypérite : on lance un « bon mot » en espérant sa multidiffusion sur Youtube ou Dailymotion comme une superbe DMA (arme de destruction médiatique massive) et quand le gaz atteint ses propres troupes, on feint la surprise, l'asphyxie…
 
 
Qu’a voulu dire Montebourg ? Humour, balourd ou gros lourd ? Est-ce vraiment  l'important ?
poser la question c'est y répondre, comme disait l'autre... Tout ce que l'on peut dire d'objectif est que ce n'était ni l'endroit ni le moment. Pierre Desproges : "Peut-on rire de tout ? Oui mais pas avec n'importe qui". Tout est dit !
 
Pour une fois, je suis loin d’être le premier à commenter l’événement en citant un film illustrant parfaitement la situation : RIDICULE !
 


Répondre