Dissection

Publié le par jps

Dissection de la politique fiscale de sarkozy (Le monde.fr du 22.01.07) : propositions d'inspiration clairement libérales

¤ en noir mes remarques

sarkozy : Le taux de croissance inférieur à 1% depuis 15 ans - parce que les salaires sont trop bas - les charge trop lourdes - la pression fiscale trop élevée
Mais qui a été ministre de l'économie du 31 mars 2004 au 29 novembre 2004 ? Sinon sarkozy lui-même !


sarkozy : Prélèvement obligatoire à hauteur de 45,3% du PIB. il veut réduire les prélèvements obligatoires
mais il ne dit pas sur quoi ? Qui est concerné ?

sarkozy : plus de cotisation sociale sur les heures supplémentaires
le déficit de la sécurité sociale va donc s’accroître où trouver ce manque à gagner supplémentaire ? Les entreprises préféreront donner des heures supplémentaires plutôt que de recruter ! Le chômage va donc s’accroître

Ségolène : " Et voilà qu’on propose aux salariés, pour récupérer un peu de pouvoir d’achat, d’accumuler les heures supplémentaires, défiscalisées de surcroît. Je pense, moi, que les salariés doivent être correctement rémunérés dans le cadre de la durée légale du travail parce qu’ils ont droit à une vie professionnelle et personnelle équilibrée, avec du temps pour eux et pour leur famille, avec des salaires qui permettent de vivre dignement et de faire des projets d’avenir, avec des conditions de logement convenables qui ne rendent pas plus difficile la scolarité des enfants. " (Discours de Soissons, 27 juin 2006)

sarkozy : le salarié ne paiera pas d'impôt sur le revenu supplémentaire
Le déficit budgétaire va être un abîme où qui va le combler et comment ?
Ségolène : " les socialistes doivent moins taxer le travail que le capital " (Devoir de victoire, Profession de foi, candidature à l’investiture du Parti socialiste, 11 octobre 2006)


sarkozy : les petites entreprises rémunéreront les HS + 25 % au lieu de + 10 %
Cette équité est louable mais comment compenser ce surcoût pour les petites entreprises ? En fait, le gain produit par l'absence de cotisation sociale se retrouve réduit à néant. Résultat l'absence de cotisation sociale sur les heures supplémentaires ne profitera qu'aux grandes entreprises
Ségolène : " Faire reposer les cotisations employeurs sur l'ensemble de la richesse produite " " En déconnectant le coût de l'embauche pour l'entreprise du financement de la protection sociale, l'objectif est de favoriser l'emploi mais sans pénaliser la croissance " (Le Nouvel Observateur, 5 octobre 2006 )


sarkozy : Un fonctionnaire sur deux ne sera pas remplacé.
Mais quels fonctionnaires ? A la défense? L'enseignement ? la police ? car l'état n'a pas compétence sur les collectivités territoriales (communes, département, région et structures intercommunales y compris EPCI) et il faut savoir que les agents de la sécurité sociale ou de la caisse d'allocation familiale ne sont pas des fonctionnaires.
Ségolène :  " Le budget participatif : une conception du service public où les accommodements discrets ne sont plus de mise et où l’on a davantage de comptes à rendre " (Ouverture du Colloque international des expériences de démocratie participative au niveau local et régional , 2 -3 Juin 2005, Poitiers)


sarkozy : Il ne faut plus de minima sociaux sans contrepartie
Une idée de Ségolène reprise par sarkozy !

Ségolène : " En contrepartie de toute ressource, il doit y avoir un travail ou une formation "" Personne ne doit être payé à rien faire : c’est une façon de rappeler que le travail est le facteur premier d’intégration sociale et qu’en être privé, c’est aussi perdre un sentiment fondamental d’appartenance et, parfois, jusqu’à l’estime de soi. " (Les Echos, 19 mai 2006)

sarkozy : Les 23 milliards de formation professionnelle constituent un gisement de productivité
Veut-il supprimer les aides à la formation professionnelle ?
Ségolène : " l’investissement dans le facteur travail, dans la valeur humaine, dans la formation professionnelle… " (Europe 1, Le Grand Rendez-Vous, 29 octobre 2006)

sarkozy : Instaurer une franchise par famille pour les soins de santé
difficilement supportable pour les pauvres mais quantité négligeable pour les riches
Ségolène : " Il faut réinventer de nouvelles structures de santé, dans les quartiers. Elles sont à imaginer avec des médecins salariés. Il y a des médecins qui seraient favorables à un statut de salarié pour offrir la médecine au long cours, gratuite, pour les actes les plus élémentaires de la vie, et notamment pour la médecine des enfants. " (Premier débat télévisé pour l’investiture du Parti socialiste, LCP AN-Public Sénat, 17 octobre 2006 )

sarkozy : 95% des français exonéré des droits de succession
ceci aura pour effet de stopper l'ascenseur social puisque transmission des richesses

sarkozy : laisser le droit de travailler jusqu'à 70 ans
Ce n'est pas uniquement l'employé  qui décide encore faut il obtenir l'aval d'un employeur
olène :  " L’allongement de la durée des cotisations pénalise très fortement les femmes dont les périodes de travail ont été interrompues à cause de l’éducation des enfants ou minorées à cause du travail à temps partiel forcé " (RTL, 7 juin 2006)  " Notre système par répartition est un contrat fondé sur un partage du temps entre vie professionnelle et retraite. Il doit être équitable entre les générations et au sein d'une même génération " (Le Nouvel Observateur, 5 octobre 2006 ) Les régimes spéciaux :" Je pense qu'il y a un chantier d'harmonisation à conduire dans le système de réforme des retraites " (RTL, 14 septembre 2006)

sarkozy : déduction de l'ISF jusqu'à 50 000 ? Si c'est investit dans une PME
faveur encore aux grandes fortunes
Ségolène c’est un statut fiscal très incitatif pour les investissements dans la recherche et l’innovation. Et dans l’environnement, pour toutes les éco-industries. (Les Echos 19 mai 2006)


sarkozy : possibilité d'emprunter à nouveau au fur à mesure que l'on rembourse
l'idée est reprise

Pourquoi sarkozy n’évoque t-il pas le point n°11 de son programme sur l’économie ou il souhaite exonérer davantage, voire totalement, la résidence principale de l'ISF car la résidence principale n'est pas l'expression d'une fortune, mais du besoin de se loger et de sécuriser sa famille ? Exonérer davantage, voire totalement, la résidence principale de l'ISF car la résidence principale n'est pas l'expression d'une fortune, mais du besoin de se loger et de sécuriser sa famille ?

C’est vrai que ceux qui paient l’impôt sur la fortune ont un grand besoin de se loger et de sécuriser leur famille !

Ségolène : " Vous vous rendez compte de ce que signifie cette expression : " travailleurs pauvres " ? On travaille et pourtant on ne peut même pas vivre normalement, élever dignement ses enfants, parfois même se loger, quand on fait partie de ces " travailleurs pauvres " qui sont, à 80 %, des travailleuses pauvres. " (Fête de la Rose de Frangy en Bresse, 20 août 2006)


Sarkozy : plafonner, à 50% les impôts( sur le revenu, taxe d’habitation, taxe foncière) et les contributions sociales (CSG, CRDS). Une mesure qu'il promet d'appliquer " dès l'été 2007 ".

Une mesure qui ne manquerait pas d'alléger de manière sensible le taux de prélèvement des plus imposés

Ségolène : fusion de l’impôt sur le revenu avec la CSG et à la reconstruction d'un impôt citoyen clarifié, sans niches fiscales, doté d'une assiette plus large, mais progressif, avec prélèvement à la source (Le Nouvel Observateur, 5 octobre 2006 )

pour Ségolène : plus de détail : http://www.desirsdavenir.org/index.php?c=ceque&id=217

Publié dans presidentielles 2007

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article