Le postulat de Sarkozy

Publié le par jps

Sarkozy part du postulat que Le travail crée le travail. C’est plutôt l’innovation qui crée le travail. C’est pourquoi Ségolène veut créer « Un statut fiscal très incitatif pour les investissements dans la recherche et l’innovation ». C’est pourquoi elle déclenchera « dès l'élection un plan massif pour l'innovation, la recherche et l'excellence environnementale »

Si le travail crée le travail alors cette dynamique vertueuse ne se serait jamais arrêtée depuis les trente glorieuses. A contrario, cela signifie-t-il qu’en fait, il y a du travail en France mais que tous les chômeurs sont des fainéants ?  Ce raisonnement semble consister à dire que le travail donne du pouvoir d’achat et que la consommation génère de l’emploi. J’adhère à cette logique. Au demeurant C’est un raccourci de dire que  Le travail crée le travail. Cette relation réflexive est trompeuse

En définitif c’est le pouvoir d’achat qui crée du travail. Ce pouvoir d’achat peut s’amplifier en travaillant plus. Cependant il convient d’observer  d’une part que cette possibilité est soumise à des limites ou contraintes et d’autre part que  le pouvoir d’achat peut s’accroître par une meilleure distribution des richesses.

Si une entreprise, un agriculteur ou un éleveur produit plus que cela ne peut être consommé alors le cours s’effondre et il en résultera une baisse au niveau du résultat d’exploitation. L'inadéquation entre l'offre et la demande le poussera à   ralentir son activité. C'est la consommation et donc la redistribution de la richesse qui engendre le travail.  Cet exemple illustre bien l’ineptie d’une telle affirmation qui consiste à dire que le travail crée le travail.

Autres objections, il n’appartient pas au salarié de décider de faire des heures supplémentaires. Il doit obtenir l’accord de son employeur.  Dans l’hypothèse où il en a la possibilité le paiement n’est pas garanti. Combien de personnes ne peuvent se voir payer des heures supplémentaires car on les oblige à récupérer comme c’est parfois le cas dans la fonction publique. Les dispositions communautaires, traduites dans le droit interne, interdisent une amplitude de travail de 12 heures, un travail effectif journalier de plus de 10 heures et plus de 44 h en moyenne de travail hebdomadaire sur 12 semaines. De plus,  combien de personnes sont dans un temps partiel subi ? Dans une famille monoparentale, cas de plus en plus fréquent, le ou la chargée de famille pourra t-elle délaisser son enfant pour effectuer des heures supplémentaires ? Dans l’affirmatif, elle perdrait vite cet avantage car elle devra payer une nounou pendant ce temps. De même, les efforts des Stakhanovistes seraient réduits à néant par les autres mesures économiques et fiscales : instauration d’une franchise par famille, et les dispositions  antisociales de sarkosy.  La proposition de sarkozy exonérant les heures supplémentaires de cotisations aura par ailleurs un effet contre-productif car il favorisera le chômage. L’employeur préférant accorder quelques heures supplémentaires aux uns et aux autres plutôt que de recruter.

Le travail est généré par la croissance et une meilleure redistribution des richesses. Pourtant les solutions proposées par sarkozy vont à l'inverse du but recherché. Exemple : Le bouclier fiscal ne bénéficie qu’aux riches. Que vont-ils faire de cet argent supplémentaire ? Ceci ne va pas se traduire pas une consommation supplémentaire car ils sont dans l’aisance et n’ont aucun besoin à satisfaire. Alors ils vont capitaliser. L’effet sur la consommation ou sur la croissance est donc quasiment nul ou pour le moins négligeable. Par contre, une redistribution des richesses, au profit des plus démunis,  permet la satisfaction des besoins physiologiques (tels que la nourriture, vêtements, etc…) et des besoins matériels élémentaires (équipements, etc…).  L’accroissement de cette demande va soutenir l’activité.

Ségolène propose  de «déconnecter le coût de l'embauche pour l'entreprise du financement de la protection sociale, l'objectif est de favoriser l'emploi mais sans pénaliser la croissance. […] le travail ne doit pas être plus taxé que le capital […] (il conviendra de) faire reposer les cotisations employeurs sur l'ensemble de la richesse produite […] et conditionner les aides publiques à des engagements sur l'emploi et les salaires  »

Ségolène veut remettre l’homme au cœur de l’économie. C’est à dire que l’économie doit être au service de l’homme et non l’inverse. Nous sommes tous des SDF en puissance, d’autant que sarkozy voulant s’inspirer du CNE, même s’il ne veut pas le généraliser, veut des travailleurs jetables. Sarkozy considère l’homme comme étant une marchandise (http://poly-tics.over-blog.com/article-4756064.html )

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article