Heu ! les idées de F.Bayrou ?

Publié le par jps

François Bayrou  s’en prend à sarkozy. Il stigmatise la "dérive des institutions et déclare qu’il n’était pas sérieux de promettre des dizaines de milliards de baisses d’impôts comme le fait sarkozy alors que la France connaît un endettement record. Il déteste "cette république des fiches". F. Bayrou veut mettre fin à "une habitude française" : celui qui remporte l’élection, possède tous les pouvoirs et en abuse. Il fait la même critique que Ségolène mais  ne dit mot pour  juguler ce phénomène ? J’approuve ses critiques…mais pour le reste ?!

A mon sens, sa démarche part d’un mauvais constat : l’explosion du vote protestataire de 2002 serait due au ras-le-bol de l’alternance gauche/droite chez les français.. La principale raison de son action actuelle est d’appeler au rassemblement des Français de gauche et de droite. Pourtant, il me semble que chacun d’entre nous devrait avoir de profondes  convictions. Fait-il appel à ceux qui n’en ont pas ?

Il a pour  difficulté  de ne pas parvenir à se démarquer suffisamment des autres candidats. Dire que "la question de l'immigration ne peut se traiter que par le développement" de ces pays dont les émigrés fuient la misère, est un lieu commun. Mais que préconise-t-il ? Jeudi à Aix-en-Provence, il défendait la laïcité comme l’avait fait antérieurement Ségolène (mais pas comme sarkozy car ce dernier est pour le communautarisme y compris religieux). F.Bayrou veut faire inscrire dans la Constitution l’interdiction aux gouvernements de présenter des budgets non-équilibrés. Mais l’inscription dans la Constitution n’apporte aucune garantie :  La loi de finances initiales pourra être présentée en équilibre mais les comptes de la nation feront toujours apparaître un déficit (dépassements de crédit).

Pour lutter contre le chômage, F. Bayrou propose une mesure immédiatement applicable : la possibilité pour chaque entreprise de créer deux emplois sans charges." Permettre de créer deux emplois sans charges revient à créer un effet de seuil dramatique à compter du troisième emploi. A moyen terme, il propose de réfléchir au transfert des charges sociales vers d’autres bases que le travail : une cotisation sur la valeur ajoutée des entreprises (une idée reprise à Ségolène - Le Nouvel Observateur, 5 octobre 2006 : « Faire reposer les cotisations employeurs sur l'ensemble de la richesse produite - la valeur ajoutée »), une hausse de la CSG, la TVA sociale (peut-il expliquer la différence entre une « cotisation sur la valeur ajoutée » et une « TVA sociale » ?), une taxe sur la consommation de carburants fossiles, enfin une taxe sur les mouvements financiers." (Encore des reprises de propositions de Ségolène : « une taxe de type Tobin ou une taxation écologique sur les émissions de carbone » - Le Monde, 22-23 juin 2006).

Non seulement Bayrou reprend les idées novatrices de Ségolène mais ensuite il a l’outrecuidance de dire que Ségolène n’a pas   de programme ?!

Il propose d’alléger les charges sur les heures supplémentaires aux 35h, en exonérant de charges les entreprises qui créent des emplois. (Mais pas pour les travailleurs ? Il  s’inspire de sarkozy sans prendre l’intégralité de cette suggestion). C’est un catalogue de propositions piochées  à droite et à gauche. Aucun programme structurant.

M. Bayrou est dans la tradition du centre : louvoyer avec un programme indéfinissable, à l’image du poste de Ministre de l’Education, occupé  sans grand succès. Le centrisme à la Française s'est toujours acoquiné avec la droite. Sa posture de rassemblement « au-delà des partis » ne saurait nous tromper.  Bayrou est un homme qui se dit au centre mais il n’a que des idées de droite,comme le dit J.F. Copé. Ceci n’est guère étonnant car il est listé comme faisant partie de la Trilatérale  http://poly-tics.over-blog.com/article-5421115.html . Il a participé aux gouvernements Balladur et Juppé, soutenu Raffarin. Il a toujours été un auxiliaire de la droite de gouvernement, à l’exception de l’année dernière….. Approche des élections oblige !

Il souhaite un gouvernement de coalition nationale, mais avec qui ? Avec l’hémorragie que connaît l’UDF dont le dernier en date est Christian Blanc et Rocard (ainsi que d’autres) ayant refusé l’offre. Ces serait un Président qui n'aurait pas de députés derrière lui, qui cherchera constamment, dans un consensus mou, à concilier la  carpe et le lapin. En fait, son seul but est de faire une honnête figuration au premier tour, pour mieux se rallier à sarkozy et monnayer des places. Au second tour Bayrou ira marchander auprès de sarkozy  des siéges de députés UDF. Sa candidature est uniquement un positionnement tactique.

Publié dans bayrou

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
J
Les idées et le programme de François BAYROU, à la loupe de la critique de Jean MOLO, élu local et porte-parole des candidats, ici en vidéo :

http://www.dailymotion.com/video/x158aw_papa-bayrou
Répondre
F
Bonjour,
votre billet témoigne de votre intérêt pour la campagne de F. Bayrou, mais il est regrettable qu'il contienne tant d'erreurs factuelles. Sans être exhaustif (je laisse de côté les approximations, assertions tendancieuses ou infondées) :

* Il est surprenant que vous assimiliez "avoir de profondes convictions" à "être de gauche ou de droite", 63 millions de Français se résumeraient-ils donc à 2 convictions possibles ?!

* Dire que François Bayrou "défendait la laïcité comme l’avait fait antérieurement Ségolène" est une blague, faut-il rappeler que François Bayrou est l'auteur de la circulaire de 1994 sur les signes religieux à l'école publique ;

* Ecrire que "faire inscrire dans la Constitution l’interdiction aux gouvernements de présenter des budgets non-équilibrés ... n’apporte aucune garantie : la loi de finances initiales pourra être présentée en équilibre mais les comptes de la nation feront toujours apparaître un déficit (dépassements de crédit)." est fort de café : si les dépassements de crédit atteignent le montant actuel du déficit de fonctionnement (20 milliards d'euros environ) et que le Parlement laisse passer et entérine ces comptes dans la loi de règlement, à quoi bon élire un Parlement ;

* écrire que le "transfert des charges sociales vers d’autres bases que le travail : une cotisation sur la valeur ajoutée des entreprises" est "une idée reprise à Ségolène - Le Nouvel Observateur, 5 octobre 2006" (idem ensuite "Le Monde, 22-23 juin 2006") est encore plus gros : le projet de transfert des charges du travail vers d'autres types de financement a été présenté par François Bayrou le 30 août 2005 ; regardez de plus près pour savoir qui s'inspire de qui !

* vous posez la question "peut-il expliquer la différence entre une « cotisation sur la valeur ajoutée » et une « TVA sociale » ?" - permettez -moi de le faire de sa part : la TVA - sociale ou non c'est la même chose de ce point de vue - porte sur les ventes de biens et services en France qu'ils soient importés ou non ; la CSVA porte sur la production de biens et services en France qu'ils soient vendus sur place ou exportés ...
Répondre
K
J'ai aussi fait un article sur Bayrou, un peu moins élaboré, mais grosso modo, je disais la même chose.Je rajouterais que son idée de gouvernement d'union nationale est inapplicable: il n'y a qu'à voir la situation en Allemagne: le gouvernement de grande coalition prend complètement l'eau! En Italie, où la coalition va de la gauche chrétienne de Prodi aux communistes révolutionnaires, le gouvernement est incapable de gouverner.Un gouvernement qui ne se contente que de consensus mous ne peut pas accomplir de grandes choses.Il faut faire très attention, car à défaut de remporter la présidentielle (s'il arrive au 2ème tour, il a gagné), il peut faire passer son idée de force aux législatives si le résultat est serré.Bayrou risque de plonger la France dans l'inertie pendant 5 ans, et franchement, on n'a pas besoin de ça!
Répondre
M
Letre ouverte à Monsieur Bové, envoyée de ci de là et aussi iciMonsieur Bové,Je ne vous connais pas personnellement et sans préjuger de vos qualités ou défauts personnels, n'ai jamais nourri de sympathie à l'égard du personnage que vous incarnez. Bien que parfois admiratif du culot que vous affichez, de la pétillance de votre regard lorsque vous toisez les crs, et de l'entreprise Bové que vous avez su batir sur des ruines soixant'huitardes, je vous considère comme un escroc médiatique, d'un niveau ô combien supérieur à celui de l'amateur hulot. Avoir réussi à faire plusieurs fois le tour du monde avec l'argent et la bénédiction des autres n'est plus grace à vous un privilège Chiraquien. Vos anciens amis de la Confédération Paysanne ne s'y trompent pas puisqu'après avoir ouvert les yeux refusent de vous suivre dans votre aventure présidentielle. Bref, il arrive un moment ou le maniement de la bouffarde peut lasser.Ceci étant posé, je me dois de vous dire un grand, un énorme un sincère merci.Merci pour votre candidature qui va ébranler le piédestal de Marie-Ségolène. Et quelle leçon de professionalisme lui donnez vous dans votre déclaration! Tout le monde à sa place, journaliste, photographes et caméramen en bonne place, une décontraction de bon aloi et un sérieux dans les propos incontestable.Que l'on soit ou non d'accord avec le contenu du discours, force est de constater qu'il est construit préparé est exempt de bourditudes ou autres gaffitudes.Ouch! A la place de la donzelle, je commencerais à claquer de la machoire toute neuve, car à qui allez vous prendre les voix? Aux communistes? Aux trotskistes? Non, ce sont des purs, des stackanovistes de l'errement et du parti pris. Alors à qui? Mais oui, c'est bien sûr, à la Madonne du chabichou, voyons, sinon à qui d'autre? Oui à cette aile gauche du PS noniste, déboussolée, trahie, ignorée même de leurs prétendus représentants.Merci car grace à vous nous allons échapper à un deuxième tour ségo/sarko que l'on s'applique à nous faire rentrer dans le crane par un bombardement médiatique continu.Merci car grace à vous nous échapperons au choix entre l'état policier ou l'état des pédagogues néo-mitterandiens.Et les caciques socialistes l'ont déjà compris qui se garderont bien de vous attaquer de front de peur de heurter la frange de leur électorat qui épouse plus ou moins vos idées alter-mondialistes, mais dirigent depuis peu le tir vers...non pas sarkozy, mais Bayrou. Eh oui, voilà que le "Bénêt Béarnais" commence à inquiéter. Voilà que quelques têtes socialistes se retrouvent davantage dans les propositions centristes que dans une parodie de démocratie participative. Et s'y joignent des enseignants déçus. S'y joignent des Fabusiens et Straus khaniens plus soucieux de la France que d'un entêtement partisan vouant le pays à une main mise sarko-mafieuse. Si à l'hémorragie de ses soutiens d'aile droite et classes moyennes, vous ajoutez celle de l'aile gauche noniste, la ségolitude risque de très vite pschiitttt.Merci Monsieur Bové, Merci et Merci encore.
Répondre
F
Tout à fait d'accord !Le pire c'est que pour moi, sa montée est impulsée par les médias pour nous refaire le coup d'un second tour sans la gauche…
Répondre