Les trois méthodes

Publié le par jps

Qui a dit « Elu(e) président(e) de la République, investi(e) d'un mandat clair par les Français, je formerai un gouvernement composé de femmes et d'hommes compétents, d'accord sur les grands choix, et représentatifs des grandes sensibilités démocratiques du pays» ? Tout candidat pourrait tenir un tel discours ! Mais si je vous dis que par ailleurs la même personne a déclaré « Pour les études je voudrais que tous les lycées de banlieue aussi bien que de centre-ville se voient attribuer le même nombre de places proportionnellement aux élèves qui suivent les études dans ces établissements que les établissements de centre-ville ».  Alors là, vous allez penser comme Judith Bernard « c’est quand même une sacrée purée. »  […] « Pour un lettré classique, pour un ancien prof censé pédagogue, pour un excellent orateur. ». Hé oui, il s’agit de Bayrou, habitué aux circonvolutions linguistiques, insipides, passe-partout, qui permettent de tout dire et de ne rien dire. Démarche électoraliste, stratégie marketing, qui évolue en permanence aux fins d’un  consensus mou, pour plaire à tous ou ne déplaire à personne. Et pourtant il n’arrive même pas à fédérer son petit parti l’UDF, les ténors en sont partis.

Sarkozy a une vision manichéenne de la société, utilisant la rhétorique pernicieuse du bouc émissaire, opposant les Français les uns aux autres, fonctionnaires contre privés, police contre justice, villes et banlieues, travailleurs et chômeurs, etc…  Afin de ratisser au-delà de son propre camp, il lui a fallu changer, se travestir. Désormais, il apparaît faussement calme, promettant tout à tous. Promesses inconsidérées, ne répugnant même pas à se dénigrer ou à faire de grands écarts. Tentant de faire oublier sa propension à confisquer le pouvoir et décider seul. On domine d'autant mieux lorsque le dominé en demeure inconscient (Ignacio Ramonet). De miettes de sociales pour une pluie d’avantages aux privilégiés. Fin manipulateur prêt à tout pour le pouvoir, grâce à une collusion politique, économique et médiatique.  Sa rupture, ce sera une nette accentuation de la dynamique libérale qui a déjà fait émerger des travailleurs pauvres et qui conduira à l’émergence d’une paupérisation de la classe moyenne. Sa versatilité, l’a amené à trahir, Chirac en a fait les frais et de même demain il trahira ses électeurs. Il décide et attention pour ceux qui ne suivent pas.

Ségolène a une approche systémique. Elle appréhende les problèmes dans leur globalité.  Dans cette démarche structurante, elle a tout d’abord écouté, analysé et sa synthèse lui a permis de construire sa politique qu’elle nous propose aujourd’hui. Prendre en considération les aspirations de chacun est important « sinon les beaux projets des réformes sortis des cartons des technocrates qui retourneront aussi vite, parce qu’ils seront inapplicables. » (comme le CPE) . Le respect c'est écouter mais aussi dire son propre point de vue. Pour Ségolène « le peuple ne peut pas décider de tout. La politique, bien sûr, c’est l’art de choisir, de trancher, et de le faire parfois d’une manière qui n’est pas nécessairement populaire. » (Ségolène discours de Rouen 24 février 07). La sécurité n’est pas un sujet tabou, l’impunité ne sera pas tolérée. Aucun domaine n’est réservé à la droite. Ses propositions reposent sur le mode gagnant-gagnant ou sur le principe que tout nouveau droit sera assorti d’obligation. Elle a su rassembler la gauche malgré quelques divergences et elle saura créer cette même synergie lorsqu’elle sera, si elle est élue, Présidente.

Publié dans presidentielles 2007

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
A
Bayrou est indécie... il transforme son incapacité a prendre des décisions en un semblant devoir de reserve.
En réalité il est cuit, son seul atout c'est de ne pas avoir de marques, mais ca va se réveler etre un sacré point faible lorsqu' on lui posera des questions complexes, spécifiques aux sujets économiques ou sociologiques.
Que pourra t'il répondre ?
Qu'il prend la moitié des idées de l'UMP et qu'il les additionnent à la moitié des idées du PS ?!

Non, soyons sérieux... mis à part son goût pour la licence global, je ne vois pas de raison de voter pour lui.

Le changement s'impose.
Répondre
F
Tu as tout bien compris pour Bayrou !Il ne peut simplement pas gouverner avec des personnes qui ne lui reconnaissent pas la compétence politique…:-)
Répondre