Plagiat, et supercheries de Bayrou

Publié le par jps

Bayrou propose une modification de l'assurance-chômage en créant un système de "bonus-malus", copié de ce qui se fait en matière d'assurance-automobile, favorisant les entreprises qui défendent l'emploi. Bayrou ne fait que plagier la proposition n° 14 du Pacte présidentiel de Ségolène ROYAL: "Conditionner les aides publiques aux entreprises à l’engagement de ne pas licencier quand l’entreprise dégage des profits substantiels et obtenir le remboursement en cas de délocalisation."  Ceci étant Ségolène est plus précise et la portée de sa proposition plus efficace.  La proposition de Bayrou n’aura d’effet qu’à la marge et alourdira le déséquilibre actuel de l’assurance-chômage, alors que celle de Ségolène est plus efficiente et n’altère en rien un équilibre d’autant que le financement résulte d’un redéploiement des aides accordées actuellement aux entreprises, comme je l’ai déjà expliqué dans d’autres posts. A cela Ségolène ajoute deux mesures la modulation des aides aux entreprises et les exonérations de cotisations sociales, en fonction de la nature des contrats de travail, et supprimer le CNE pour faire du CDI la règle.( 15) et la mise en place une politique industrielle capable de préparer l’avenir et de réduire les risques de délocalisations avec la création d’une Agence nationale de réindustrialisation. (2). Bayrou fait-il du Monsieur Jourdain de Molière où tente t-il de nous fourvoyer

Bayrou dit qu’il veut traquer le patron voyou et ne dit mot des politiciens voyous ? Il est vrai qu’il a  soutenu Alain Juppé lors des élections municipales de Bordeaux en 2006, alors même qu’il avait été auparavant condamné.

 

 

C’est une supercherie de faire croire un rassemblement droite-gauche, lorsque les faits prouvent le contraire. Non seulement dans le passé mais également dans le présent. Celui qui prétend aujourd’hui vouloir rassembler tous les « hommes de bonne  volonté » dans un esprit d’ouverture et dépasser les vieux clivages de la vie politique nationale, est parvenu, lorsqu’il était ministre de l’éducation nationale, à ressusciter, en quelques jours, la guerre scolaire en faisant défiler plus d’un million de personnes dans la rue. Le pire est qu’aujourd’hui il ne remet pas en cause, le bien-fondé du contenu de son projet de réforme car il n’admet qu’une erreur de méthode pour avoir voulu « passer en force » (émission « A vous de juger » le 15 février 2007 sur France 2). Dans aucune collectivité territoriale où il y a coalition UMP-UDF, les centristes ne se sont désolidarisés, à ce jour ( exemple ) ,  alors même que les échéances municipales se profilent. Cette posture ne peut pas faire illusion. Il est tout de même évocateur que ni Christian Blanc, ni Simone Veil, ni Borloo, ni De Robien, ni DSK, ni Rocard, ni Delors, déclinent son invitation. "Lorsqu'on me demande si la rupture entre les partis de droite et les partis de gauche (...) a encore un sens, la première idée qui me vient est que celui qui demande n'est pas un homme de gauche." (citation du philosophe Alain – 1930). ''Ça plaît à tout le monde les discours consensuels! Seulement, après, il faut passer à l'action, et l'action c'est choisir'' Enfin, Ségolène Royal a relevé la contradiction entre le ''discours national'' de son rival UDF et ses alliances locales. ''Aux élections régionales'' de mars 2004, il ''a fusionné sans vergogne sa propre liste avec la liste de l'UMP'' en Aquitaine, a-t-elle ainsi noté. ''Je crois à la politique par la preuve et à la politique par les actes, et pas les blablas ni les discours'', a-t-elle conclu. (Ségolène mercredi 14 mars 07 France Bleu Ile-de-France).

 

 

On remarquera une certaine continuité dans la politique actuelle et une réelle proximité avec le programme de sarkozy. Son programme ne comporte aucune indication sur la loi concernant le CPE. On peut subodorer qu’il ne compte pas le remettre en question.  Comme sarkozy, Bayrou est contre une augmentation du SMIC, pour le principe « travailler plus pour gagner plus car il veut améliorer les revenus en valorisant les heures supplémentaires, pour réduire l’ISF et les droits de succession, etc…

 

Alors que Ségolène, si elle est élue,   augmentera les salaires (7), revalorisera immédiatement de 5% les petites retraites (8) et   les allocations aux personnes en situation de handicap (9) abrogera le CNE et limitera l’utilisation des contrats précaires (15), ne réduira ni l’ISF ni les droits de succession, etc … .

 
Remarque : Les numéros correspondent à ceux du pacte présidentiel de Ségolène

Publié dans bayrou

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
J
Limpide ! Merci jps !Pour moi, ce sera Royal dès le premier tour !Et beaucoup d'électeurs au coeur à gauche devraient en faire autant !
Répondre