chant et danse pour poursuivre la mobilisation

Publié le par jps

 


Ségolène Royal - Tous Avec Toi
Vidéo envoyée par remy3615

 

regardez egalement : http://www.desirsdavenir.org/index.php?c=sinformer_actualites&actu=1769

 


Ose Yannick Noah - SEGOLENE ROYAL
Vidéo envoyée par peter95000

Osons !

 

  • Mr Sarkozy reçoit les soutiens de Bush, Aznar et Berlusconi
  • Les Italiens ont mis Mr Berlusconi dehors !
  • Les Espagnols ont mis Mr Aznar dehors !

Allons-nous être encore la risée de toute l’Europe et du monde entier (sauf les Etats-Unis) en élisant un petit « Napoléon » que son seul rêve est de devenir Président de la République depuis sa petite enfance !

  • Angéla Merkel ne parle plus à Nicolas Sarkozy depuis sa sortie sur le "peuple qui n'a pas inventé la solution finale" (le 9 mars à Caen). Cela promet pour nos futures relations Européennes !
  • JL.Zapatero et R.Prodi soutiennent Ségolène Royal,

Excluons du pouvoir en France le dernier soutien de Berlusconi !

Vendredi 27 avril dernier à 7h48 sur RTL dans la Chronique de Jean Michel Aphatie, Mr François Bayrou a appelé à voter contre "une immense régression" notamment de la liberté d'expression.

La transcription et l'enregistrement sont ici :

http://www.rtl.fr/info/chroniques/chroniquesint.asp?rubid=17311

·        Les médias ne vous ont même pas présenté cette interview !

·        Et comme le dit François Bayrou : "songez que Nicolas Sarkozy n'est pas encore élu ! Alors, qu'en sera-t-il s'il est élu !"

François  Bayrou a aussi clairement annoncé hier dans Le Monde qu'il ne voterait pas Sarkozy

 

   http://www.lemonde.fr/web/article/0,1-0@2-823448,36-904746@51-905217,0.html

 

Osons voter le changement !

 

En Votant Ségolène ROYAL c’est mettre fin aux magouilles Chiraco/ Sarkozyste d’un seul et unique groupe UMP tout au service d’un seul personnage : Mr Sarkozy !

En votant Ségolène ROYAL, c’est accepter que les femmes ou les hommes; les jeunes ou les moins Jeunes ; les dirigeants ou les salariés; les professeurs ou les étudiants; les chômeurs ou les actifs ; les ruraux, les citadins ou les banlieusards forment une FRANCE multiple.

En votant Ségolène ROYAL c’est accepter la différence et non la divergence. C'est une richesse et non un handicap

La construction de la France ne se réalise pas dans l'opposition et l'affrontement permanente du peuple.

Ensemble créons notre FRANCE et non celle de quelques uns (les riches encore plus riches, et les pauvres encore plus pauvre !)

Soyons simplement des citoyens de la République !

Moi, je vote pour Ségolène ROYAL !

===========================================================

sites de campagne, mais aussi les blogs officiels affiliés doivent cesser toute activité à partir de vendredi 04 mai à minuit

Il est recommandé de ne plus mettre à jour ces sites à partir de vendredi 04 mai à 23h59, et ce, jusqu'au 06 mai à 20 heures :

- N'oubliez pas de désactiver tous les flux RSS entrants de vos sites, pour éviter les mises à jour automatique

- Si vous disposez de forums ou de chat, il est également recommandé de les geler

- Il est interdit d'envoyer toute newsletter massive à vos membres à partir de ce vendredi 04 mai à 23h59. Bien sûr, n'est exclue aucune communication personnelle.

La publication de sondages est strictement interdite entre vendredi 04 mai, 23h59 et dimanche 20h . La publication de sondages ou de résultats, même partiels, même appelés " rumeurs ", est strictement interdite par le code électoral.

Respectant l’éthique demandée par Ségolène, j’applique ces instructions officielles.

Rendez-Vous Dimanche à 20h 00, je mettrai sur mon blog les résultats issus des sondages à la sortie des urnes.

Pas avant car la Commission nationale de contrôle de la campagne et la Commission des sondages ont adressé mercredi une mise en garde aux médias, et notamment aux blogueurs et éditeurs de sites internet, leur rappelant qu'ils s'exposaient à des sanctions pénales. La loi du 19 juillet 1977 sur les sondages d'opinion, modifiée par celle du 19 février 2002, interdit la mise en ligne d'informations ayant pour objet la connaissance immédiate des résultats avant la fermeture du dernier bureau de vote. Les contrevenants s'exposent à des amendes pouvant grimper jusqu'à 75 000 euros. Hier, le Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA) a rappelé que l'interdiction de diffusion de sondages ou de résultats s'entend aussi pour les sites Internet des chaînes de télévision ou des stations de radio

Publié dans presidentielles 2007

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
P
A 8 et 11 ans, ils sont menacés de fichage génétique pour vol de jouetsLEMONDE.FR | 05.05.07 | 17h10 • Mis à jour le 05.05.07 | 17h12Leur père est choqué. Deux frères de 8 et 11 ans pourraient se voir prélever leur ADN, par la gendarmerie, pour avoir volé deux tamagotschi et deux balles rebondissantes dans un hypermarché du Nord, raconte Le Parisien, samedi 5 mai 2007. Les échantillons seraient conservés dans le fichier national automatisé des empreintes génétiques (Fnaeg).Des gendarmes se sont rendus cette semaine au domicile familial. "Ils venaient nous apporter une convocation pour vol dans la mesure où le magasin a porté plainte, explique le père au Parisien. Ils ont expliqué à mon fils aîné qu'il serait photographié, qu'on lui prendrait ses empreintes digitales et aussi ses empreintes génétiques, ajoutant même que mon fils ne pourra pas forcément faire le métier qu'il veut plus tard car il sera fiché !"Comme beaucoup de Français, le père pensait que le fichage génétique était réservé aux délinquant sexuels, et aux adultes. Pour surprenant que cela puisse paraître, il n'en n'est rien, précise Le Parisien. La loi ne prévoit ainsi pas d'âge minimum, rappelle le quotidien.ELARGISSEMENT CROISSANT DU FICHAGE DEPUIS 2003Depuis la loi Sarkozy sur la sécurité intérieure de 2003, une centaine de délits obligent à se soumettre au prélèvement génétique. Limitée, à l'origine, aux infractions sexuelles, la législation concerne aujourd'hui les meurtres et les cambriolages, les vols simples, les tags ou les dégradations. Il concerne désormais les personnes condamnées mais aussi les simples suspects.Depuis l'entrée en vigueur de ces dispositions, le Fnaeg explose. De 2003 à 2006, le nombre de profils enregistrés est passé de 2 807 à plus de 330 000. Bien que ce système ait permis d'élucider plus de 5 000 affaires, ceux qui s'opposent aux prélèvements dénoncent l'instauration d'un "répertoire de masse". Les refus de prélèvements génétiques pour des petits délits se multiplient, entraînant des procès."CE N'EST PAS DU BÉTAIL QUE L'ON DOIT MARQUER AU FER"Le père des auteurs du larcin s'opposera au fichage génétique de ses enfants, le cas échéant, malgré les lourdes sanctions prévues pour les contrevenants : jusqu'à un an d'emprisonnement et 15 000 euros d'amende."Ce n'est pas du bétail que l'on doit marquer au fer, plaide-t-il dans Le Parisien. Les parents des deux chapardeurs les ont punis et sermonnés et se réjouissaient initialement du passage des gendarmes et de ses vertus pédagogiques."Cette situation met en lumière les dérives possibles de l'utilisation abusive du fichage génétique", réagit Josiane Bigot, magistrat et président du Réseau pour l'accès au(x) droit(s) des enfants et des jeunes, dans Le Parisien.Le père et les deux fils étaient convoqués samedi après-midi à la gandermerie pour "audition des enfants"http://www.lemonde.fr/web/article/0,1-0@2-823448,36-906026@51-906027,0.htmlhttp://www.leparisien.com/home/info/faitsdivers/article.htm?articleid=276066830...................................................................................................http://abonnes.lemonde.fr/cgi-bin/ACHATS/ARCHIVES/archives.cgi?ID=4eacf3a5458de7ca5e506037831801600ce345c4f879ab1fLa tentation du fichage génétique de masseArticle paru dans l'édition du 26.09.06D'abord limité aux auteurs de crimes sexuels et de violences, étendu aux « suspects » d'infractions plus banales, le « fichier génétique » de la police compte déjà 283 000 dossiers. Inquiétudes civiques        Cet homme doit être fiché. Benjamin Deceuninck cultive des tomates et des olives bio sur un flanc des Cévennes. Il a 27 ans, le regard noir et le marcel adapté à ses muscles bronzés. Ancien éducateur sportif passé par la sociologie, il est militant anarchiste, communiste libertaire. Le 23 juin 2006, à 10 h 30, il est convoqué à la gendarmerie. Motif ? Obligation de se soumettre à un prélèvement d'ADN. La procédure est simple, indolore : recueil de la salive au moyen d'un bâtonnet dans la bouche. Mais le militant refuse de s'y soumettre.- Vous n'avez pas le droit, avertit le gendarme.- J'ai appris dans l'histoire, q u'on avait le droit de refuser, quelles que soient les conséquences, réplique Benjamin Deceuninck, assez content de son effet.- Vous encourez 15 000 euros d'amende et un an de prison ferme, conclut le gendarme.Le 25 août, devant le tribunal correctionnel d'Alès (Gard), le procureur a requis 500 euros d'amende à l'encontre du prévenu, pour « refus, par personne condamnée pour délit, de se soumettre au prélèvement destiné à l'authentification de son empreinte génétique ». Le jugement est mis en délibéré au 29 septembre. Mais quel que soit le verdict, et même s'il s'acquitte de l'amende, le jeune paysan ne s'en tirera pas à si bon compte. Refuser de donner son ADN est un « délit continu », explique Christian Pasta, procureur de la République à Alès. « Tant qu'il refusera le prélèvement, j'engagerai à nouveau des poursuites et il sera reconvoqué. On peut le mettre au trou pour récidive. »Qu'a fait Benjamin Deceuninck pour mériter tant d'obstination de l'autorité judiciaire ? Il n'a pas tué, pas volé, pas violé. Il a, avec d'autres, arraché des cultures expérimentales de betteraves transgéniques. « Dégradation grave du bien d'autrui commis en réunion », selon la justice.C'était en 2001, à Avelin (Nord). Deceuninck, comme les dix autres faucheurs, a été condamné en 2005, par le tribunal correctionnel de Lille, à un mois de prison avec sursis. Six ans après les faits, un an après sa condamnation, le jeune militant est donc sommé, par application de la loi, de donner son ADN.Pas moins de 137 infractions, selon l'article 706-55 du code de procédure pénale, peuvent entraîner le prélèvement obligatoire de l'ADN. Le législateur n'a cessé d'ajouter des infractions justifiant l'entrée dans le fichier. Le traumatisme du 11-Septembre et la loi Sarkozy ont gravement accéléré le processus.Cela s'est fait en plusieurs phases.1. Le Fnaeg (Fichier national automatisé des empreintes génétiques) est créé sous le gouvernement Jospin par la loi Guigou du 17 juin 1998, trois mois après l'arrestation de Guy Georges, le tueur en série identifié grâce à son ADN. Initialement, le fichier n'est destiné qu'aux auteurs d'infractions sexuelles.2. Le 15 novembre 2001 (gouvernement Jospin toujours), la loi Vaillant dite de « sécurité quotidienne » l'élargit aux atteintes volontaires à la vie de la personne (actes de torture, de barbarie, etc.) aux actes de terrorisme, aux atteintes aux biens accompagnées de violence (destructions, dégradations par explosif ou incendie). Elle prévoit aussi une sanction pour tout refus de se soumettre au prélèvement : six mois d'emprisonnement et 7 500 euros d'amende au moins.3. Un grand pas est franchi avec la loi Sarkozy de « sécurité intérieure » du 18 mars 2003 (gouvernement Raffarin). Les infractions les plus banales sont introduites (vols simples, dégradations, tags, arrachage de cultures OGM...). La sanction pour refus d'obtempérer au fichage est alourdie. Surtout, la loi prévoit désormais de ficher les personnes non condamnées mais simplement suspectées - « à l'encontre desquelles il existe des indices graves ou concordants ». S'il est innocenté, l'intéressé peut demander par la suite le retrait de ses empreintes du Fichier national. Le procureur peut, ou non, l'accepter.Dans la foulée, la loi Perben II de 2004 obligera toute personne condamnée à plus de dix ans de prison à fournir son ADN. Qui refuse, perd aussitôt tout droit à une réduction de peine.« Bien des infractions manquent encore pour alimenter le fichier, ironise Côme Jacqmin, secrétaire général du Syndicat de la magistrature (SM). Nombre de délits financiers tels le délit d'initié, la fraude fiscale ou l'abus de bien social n'exigent pas de fichage ADN... » En attendant, le Fnaeg, qui est alimenté depuis 2002, grossit à très vive allure : 2 100 références en 2002, 40 000 en 2004, 283 000 aujourd'hui. Parmi elles, 107 000 personnes condamnées, 163 000 « soupçonnées », 16 726 traces relevées sur des scènes de crimes.Insuffisant, estiment les autorités françaises qui rêvent d'atteindre les « performances » de la Grande-Bretagne, championne du monde en la matière avec 3 millions de profils enregistrés, soit 5 % de la population !Pourquoi avoir étendu le fichage à un si grand nombre d'infractions ? Pour le directeur de la police judiciaire, Frédéric Péchenard, « cet outil extraordinaire pour éviter les récidives criminelles » n'a de sens que si le maximum d'individus s'y trouvent répertoriés. Parce que, constate-t-il, « il est très rare que les violeurs ou les tueurs en série ne soient pas connus des services de police pour des infractions moindres (vols, petits incendies, actes de cruauté envers les animaux, etc.). Le Fnaeg, dont les consultants doivent bien sûr rester strictement encadrés, est une nécessité de la police moderne, autan t pour les vict imes que pour les suspects éventuels qui peuvent, grâce à une trace ADN, être lavés de tout soupçon ».Efficace, certes. Mais non sans risque de dérive. Risque d'erreur, d'abord. Non seulement une personne peut se trouver à tort sur le fichier, mais une trace d'ADN sur la scène d'un crime peut être trompeuse. Un criminel ne peut-il être porteur de l'ADN des personnes dont il a serré la main dans la journée ? « En effet, répond Frédéric Péchenard. Tout comme les empreintes digitales, l'ADN est un élément de l'enquête, jamais une preuve suffisante. L'important, c'est l'interprétation que l'on peut en faire. » Jean-Paul Jean, magistrat pénaliste, n'est pas si optimiste : « L'infaillibilité scientifique de l'ADN impressionne fortement les jurés d'assises, et parfois à tort. »Risque d'arbitraire, ensuite. Relever et ficher une empreinte coûte cher : environ 400 euros, même si la concurrence des laboratoires tend à casser les prix. L'opération demande du temps : réquisition par le magistrat, prélèvement par le gendarme ou le policier, transformation par le « labo » de la trace (sang, sperme, salive, urine...) en empreinte génétique. Une telle économie ne permet pas de répertorier d'un coup toutes les personnes prévues par la loi. Dès lors, qui ficher en priorité ? Lors de son procès le 25 août, Benjamin Deceuninck s'en est étonné : sur les 11 personnes condamnées comme lui à Avelin pour l'arrachage des betteraves OGM, seules six étaient requises de donner leur ADN. Selon lui, les plus « politiques »... Le procureur de la République à Lille, Philippe Lemaire, affirme avoir requis des poursuites contre tous. A charge pour les tribunaux du lieu de domicile de les mettre en oeuvre. Avec plus ou moins de zèle et de moyens.Ris que de mésutilisation, enfin. Notre ADN intéresse beaucoup de monde. Contrairement aux empreintes digitales, il contient une masse d'informations qui dit tout de nous. L'ADN est notre intimité. Vous êtes porteur d'une maladie génétique, d'une maladie dégénérescente, d'une séropositivité ? L'employeur, le banquier, l'assureur sont intéressés. Comment veiller à ce qu'un policier ou un magistrat, cumulant par exemple sa retraite avec un emploi privé, ne communique pas de renseignements à son employeur ?En principe, la loi en vigueur interdit ces dérives. De l'ADN, le fichier ne retient que les segments qui permettent d'identifier la personne. Les autres sont définitivement rejetés, assure Christian Hassenfratz, le magistrat en charge du Fnaeg. Il est donc légalement impossible de connaître par le Fnaeg l'ethnie à laquelle appartient un fiché ou les maladies dont il peut être affecté. L'accès au fichier est limité aux magistrats et à la police. La conservation des empreintes varie de 25 à 40 ans selon le type d'infraction.Cette longue durée fragilise d'autant les garanties puisqu'une nouvelle législation peut venir les modifier à tout moment. Pour Meryem Marzouki, présidente de l'association Iris (protection des libertés dans l'usage d'Internet), c'est bien tout le problème. « Le principe est simple : on profite d'un contexte émotionnel fort (attentat terroriste, meurtres en série) pour créer un fichier. Une fois l'instrument en place, il suffit d'étendre sa finalité par petites touches. L'opinion est plus sensible à la victime qu'au citoyen... »Entrent alors en jeu d'autres garde-fous institutionnels : le Conseil d'Etat, le Conseil constitutionnel qui n'a pas émis d'avis négatif sur le Fnaeg, et la Commission nationale informatique et libertés (CNIL). Cette dernière, autorité administrative indépendante, examine deux principes : la finalité (dans quel but le fichier est créé) et la proportionnalité (quelles limites donner pour le but recherché). La CNIL ne s'est pas opposée au Fnaeg. Elle a simplement posé des conditions : par exemple, le type d'informations retenues dans l'empreinte, la durée de conservation, etc. Le problème est que ses pouvoirs ont été considérablement réduits. Depuis 2004, l'avis de la commission n'est plus que consultatif. Elle était ainsi « défavorable » au fichage des personnes simplement soupçonnées de délits, elle n'a pas été entendue . « Le problème du Fnaeg, s'inquiète Alex Turc, président de la commission, c'est le saucissonnage : ses compétences sont élargies à chaque vague législative. La CNIL ne peut que proposer des garanties supplémentaires pour maintenir un système plus protecteur des droits des personnes que le système britannique. »« La CNIL donne des avis, le gouvernement s'assoit dessus », résume Me Alain Weber, avocat à la Ligue des droits de l'homme. « Le Fnaeg est un outil pertinent mais il doit rester respectueux des libertés, explique-t-il. Or, créer un fichier qui répertorie l'ADN à chaque manquement à la loi pénale, ce n'est pas seulement confier à la police les moyens de l'investigation, c'est créer une mégabase de surveillance des citoyens. Au lieu de partir du crime pour retrouver le responsable, on considère toute personne condamnée comme un suspect virtuel pour des manquements à venir. On constitue une base de suspects. C'est une méthode démesurée qui porte atteinte aux droits de la personne. »La Ligue des droits de l'homme, le Syndicat de la magistrature, le Syndicat des avocats de France et de nombreux citoyens s'inquiètent de la menace que fait peser l'extension du fichier sur les libertés publiques. Figurer dans un fichier n'est pas anodin. Pour accéder à la fonction publique, travailler dans une société de sécurité ou dans un aéroport, bref, pour tout emploi nécessitant une déclaration à la préfecture peut être un handicap. La présomption de culpabilité l'emporterait alors sur la présomption d'innocence.Marion Van Renterghem
Répondre
L
Appel aux électeurs et électrices de François Bayrou
pourquoi vous devez voter ROYAL

Electrices et électeurs de François Bayrou , au premier tour de l' élection présidentielle,
vous avez été 18,57% à choisir François Bayrou, montrant ainsi votre volonté de refuser la bipolarisation et l'affrontement politique habituel bloc contre bloc PS -UMP.

Comme François Bayrou vous vous inquiétez et refusez la dérive vers la droite dure et les prises de positions et provocations verbales du candidat de l'UMP(émigration , identité nationale )ainsi que les conséquences et les menaces sur la paix civile que son élection pourrait entraîner.
Déclaration de François Bayrou :"Nicolas Sarkozy serait un risque immédiat pour la France"

De même, vous constatez le risque que fait courir sur les libertés fondamentales, la concentration des pouvoirs politiques ,économiques,financiers et médiatiques entre les mains d'un seul homme.

Déclaration de François Bayrou ::"Nicolas Sarkozy ne respecte pas l'équilibre des pouvoirs et risque de briser la société française. Le verrouillage de l'information est nuisible pour la démocratie.


François Bayrou a annoncé récemment la création du nouveau parti "Mouvement démocrate",précisant qu'il présenterait des candidats dans toutes les circonscriptions aux législatives des 10 et 17 juin.,il a ajouté depuis, qu'il ne votera pas pour Nicolas Sarkozy au second tour de l'élection présidentielle, cependant, les trois quarts des députés UDF (22 sur 29) ont apporté leur soutien à Nicolas Sarkozy.
ON voit ici le comportement de rouleau compresseur de la "machine de guerre UMP" .

François Bayrou devra choisir un des deux camps s'il veut constituer une nouvelle majorité, car il ne pourra pas obtenir raisonnablement plus de 60 députés dans la configuration électorale actuelle.

Dés lors , avec quel président et quelle majorité seraient réunies les conditions les plus favorables pour la réussite du nouveau parti démocrate souhaité par François Bayrou ?

Nicolas sarkozy et son parti l'UMP autocrate et autoritaire ou le PS et Ségolene Royal qui a déjà fait un pas vers François Bayrou et engagé un dialogue cordial lors du débat de l'entre deux tours?

La déception et la colère (violences, dégradations, affrontements et émeutes) probables qui naîtraient suite à l'élection de NS entraîneraient inévitablement un sursaut citoyen et immanquablement une réaction de coup de barre à gauche dans les urnes lors des élections législatives de Juin . (donc ceci n'est pas favorable au parti "Mouvement démocrate" de François Bayrou).



Les points de convergences Bayrou-Royal:

Nécessité de construire un état impartial
Plus de pluralisme
Une loi électorale plus juste (dose substantielle de proportionnelle)
Priorité à l'éducation
Répondre à l'urgence des problèmes écologiques
Un soutien actif aux PME-PMI
Volonté de développer et soutenir la recherche (fondamentale, scientifique et industrielle)
Rééquilibrage et pérennisation des comptes sociaux
Assurer le financement de la branche retraite ainsi qu'une revalorisation plus juste des petites retraites
La nécessité de prendre à bras le corps le problème crucial de la dette.


Voilà pourquoi électrices et électeurs de François Bayrou ,pour ce second tour, vous ne devez pas vous abstenir ou voter blanc ou nul
Et porter vos voix sur Ségolene ROYAL.
Cela , en connaissance de cause (menaces que fait courir l'élection de Nicolas Sarkozy sur la démocratie et la paix civile )
et pour permettre l'émergence d'une nouvelle force au centre, le parti "Mouvement démocrate" de François Bayrou et enfin par dessus tout, pour garantir les LIBERTÉS menacées.
Répondre
K
Hello,
 
Les gds esprits se rencontrent ;-) j'ai mis la même vidéo hier sur mon blog! Rien n'est perdu. Et qd bien même cette élection n'allait pas ds le sens que nous souhaitons dimanche, il faudra se souvenir que la gauche a relevé la tête. Que ses valeurs ont de nouveau pesé dans le débat. Que l'espoir est revenu!
Bon week-end. @ + ...
Répondre
F
Rien n'est fait !Prenons le pari qu'une mobilisation à gauche et un certain relâchement créé par les masses médias annoncant avant l'heure l'heureux élu peut encore changer ce qu'ils prétendent comme surement probable !Et même s'il advient qu'il soit élu, reste les législatives et l'ensemble du peuple pour le bouter hors du château !On retournera battre le pavé, même en se levant tôt, s'il le faut !:-)
Répondre