Misère

Publié le par jps

Le 27 octobre 2007 Eric zemmour réfute, avec aplomb, à Romane bohringer dans l’émission TV "on est pas couché " de Ruquier, le fait qu’il y ait des gens qui dorment dehors. Nier la réalité à ce point discrédite son auteur. Nicolas Sarkozy a reconnu cet état de fait lorsqu’ "il a assuré, durant la campagne présidentielle, "que, fin 2008, plus personne ne serait obligé de dormir dehors et d'y mourir de froid" ". (La Provence - Gilles Dauxerre). A moins que tout ait été résolu en quelques mois ? La encore, la réalité apporte un démenti aux allégations de zemmour. Catherine Cabannes, la directrice de la cité Saint-Martin, a souligné un manque de place au regard du nombre de personnes à la rue, " pour 100 places pour les familles, nous avons 3.500 demandes ",  évoquant ainsi les "promesses non tenues", (liberation.fr : lundi 24 décembre 2007). " On ne peut guère suspecter le député UMP Georges Fenech, rapporteur du projet de loi sur le droit au logement opposable, de verser dans l'antisarkozysme primaire quand il regrette l'écart entre le nombre de places d'hébergement et de logements disponibles et ceux qui avaient été promis l'année dernière " (Dominique Garraud la Charente libre) L’avantage pour zemmour est qu’il n'existe aucune donnée statistique sur le nombre de sans-abris qui meurent dans la rue chaque année en France… et pour cause. "Les pouvoirs publics soutiennent les morts de la rue, la mairie de Paris le subventionne, mais tout ceci est très ambigu : tout le monde souhaite éviter que le Collectif fasse la jonction entre "ils sont morts dans la rue" et "la réinsertion ne marche pas. " (Daniel Terrolle)

Ségolène Royal, qui s’est rendue, la veille de Noël, à la cité Saint-Martin, un centre d’hébergement du Secours catholique, dans le IVe arrondissement de Paris "tire la sonnette d’alarme et demande au gouvernement et au président de la République d’agir, il y a eu beaucoup de promesses pendant la campagne présidentielle, on voit que rien n’a bougé". Ségolène Royal a constaté lors de cette visite " qu’une personne sur deux a un travail, c’est le problème des travailleurs pauvres et ça, c’est insupportable". Il n’est pas étonnant qu’un sondage BVA réalisé, les 9 et 10 novembre 2007, pour l’association Emmaüs révèle que 47 % des sondés pensent qu’ils pourraient un jour devenir SDF. Il faut mettre "juste de l'ordre" dans cette continuité d'incohérences de pseudo-rupture. Merci à Mme royal de penser à ces français qui eux ne peuvent pas fêter Noel et le nouvel an….. Pendant ce temps sarkozy est avec Bruni en vacances à Louxor. La différence entre la droite et la véritable gauche s'appelle la solidarité.

Certains se disent de gauche mais n’en ont que l’étiquette qu’ils ont vite fait de cacher où de retirer comme Kouchner, Bockel, DSK, Bosson, Vall, etc…. Il y a quelques semaines, Josiane Balasko s’offusquait " Qu’est-ce qu’ils foutent les mecs du PS ? ". Où sont Hollande et Delanoë qui sont en charge de responsabilités, l'un à la direction du PS et l'autre à la Mairie de Paris? Ils préparent leur stratégie : courants jospinistes, strauss-kahniens, fabiusiens, hollandistes, etc… pour la seule chose qui les intéresse : diriger le PS. La vraie opposante de Sarkozy c'est Ségolène Royal. Les autres, attendent-ils une proposition de sarkozy ? Qu’ils partent ! La démocratie a besoin d’une opposition forte et cette dernière a besoin d’une épuration qui n’est pas encore parvenue à son terme.

Comme les mouvements associatifs, les politiques, opposés aux mesures antisociales de sarkozy doivent faire face à l’assujettissement des médias. Comme L'association "Les Enfants de Don Quichotte", dont un des représentants est Augustin Legrand, épaulée par la Fondation Abbé-Pierre et le Secours catholique, ils sont contraints de mettre en œuvre des stratégies médiatico-protestataires pour ne pas rester dans l'ombre et afin de donner "un coup de projecteur " sur l'absence de suivi de promesses visiblement non tenues en faveur des SDF, faute de moyens débloqués.

Parallèlement, les décomplexés de la République profitent de luxurieux appartements en HLM (habitation à loyer modéré) à des prix défiant toute concurrence. A premier desquels fut Jean-Paul Bolufer, directeur de cabinet de Christine Boutin, logé depuis 1981 dans un immeuble cossu de 190 m2 au Palais-Royal (Ier arrondissement de Paris) à des conditions très avantageuses : 6,30 euros le mètre carré, contre 20 à 30 euros pour les prix du marché. Loyer de 1 197 euros (contre au moins 3 500 euros au prix du marché) Devant provisoirement quitté ce logement il avait même exigé auprès de la société d’économie mixte municipale (SEM) qu’une famille amie puisse en bénéficier pendant ce temps. En ce temps là, la ville de Paris détenait 40 % du capital. Désormais ces immeubles de la Sagi sont à la Régie immobilière de la ville de Paris (RIVP) depuis 2006, société contrôlée par la municipalité et présidée par Pierre Castagnou, maire PS du XIVe….qui n’a pas bougé ! Jean-Paul Bolufer sera démissionné. On peut penser qu’il ne remboursera rien, alors ne faisons même pas allusions aux intérêts moratoires. Gageons qu’il sera recasé dans un autre poste que lui offrira notre généreuse République et notre miséricordieuse Ministre du logement, une fois bien sûr les choses un peu passées. Ces même décomplexés comme Fadela Amara, secrétaire d'Etat à la politique de la Ville, qui a le culot de profiter d'un HLM de 54m2, rue Nationale, dans le XIIIe arrondissement de Paris à : 9,25 euros du m2, n'a rien voulu changer, en arguant qu'elle maintient la diversité et la mixité. Elle ajoute que ministre n'est pas un CDI. Quelle argumentation ! La chef de cabinet de la secrétaire d'Etat à la politique de Fadela Amara, Marie-Christine Blanchard-Amelin est, elle aussi, logée dans une HLM de 80m2 pour 420 euros par mois, est prête à payer un surloyer "si la réglementation l'exige", mais n'envisage pas de quitter son appartement. Elle dit ne pas avoir "d'état d'âme par rapport à ça" elle n'envisage pas de démissionner. Chez les sarkozystes pas aucun état d’âmes ! A sa décharge, cet immeuble est situé dans une zone urbaine sensible (ZUS) de Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine). Ces trois là, sont au Ministère de Christine Boutin fera t-elle là même réponse qu’à l’assemblée nationale, si on l’interroge sur cette situation de son ministère "Vous me permettrez de régler le problème entre (elles) lui et moi. ". Les français n’ont-ils pas à connaître de vos petits arrangements Mme Boutin ?

Ils ne sont pas les seuls. Chevènement ne quitte pas son logement social déconventionné, à loyer libre HLM de cinq pièces à Paris, rue Descartes dans le Ve arrondissement, pour un loyer de moins de 1500 euros. Le sénateur socialiste David Assouline, la fille Valérie de Jack Lang ou encore le sénateur Verts Jean Desessard sont aussi les heureux locataires d'appartements confortables, très bon marché et tous gérés par la RIVP. et Délanoé ne dit rien, ne fait rien. Ni Martin Hirsch, Haut commissaire aux solidarités actives, qui s’est contenté de demander la démission de Jean-Paul Bolufer.

Ces mêmes décomplexés se réfugient dans leur mutisme lorsque des miséreux se font charger par la police lorsqu’ils demandent un logement. Décomplexés dans la continuité, pas de rupture. Les dirigeants continuent de se vautrer dans la malhonnêteté. Tant de mépris vis à vis des pauvres gens, passe-droits et surtout ne jamais les remettre en cause, même lors d'alternance. Charité bien ordonnée, commence par soi-même ! La dignité humaine, notion qui leur est étrangère. Ces gens sont méprisables. Ils prétendent servir l'Etat mais ils ne pensent qu’à eux-mêmes. Pourtant il y a tant à faire, lutter de manière efficace contre les marchands de sommeil, favoriser la construction de logements sociaux et la mixité sociale, vendre ces HLM de luxe pour ladite construction. Adorables politiques qui se goinfrent sans même avoir conscience de leurs privilèges tellement le système les maintient éloignés de la simple réalité? Rémunérations souvent très élevées, des avantages en nature non négligeable, sans oublier un régime de retraite pour le moins spécial. Notre République a sécrété une "élite" incompétente et parasitaire. Ce président et ses collaborateurs, qui ne gouvernent que pour les plus grosses fortunes. "Ce n’est pas choquant de demander à une personne habitant un logement devenu trop grand de déménager pour occuper un appartement plus petit, a souligné Nicolas Sarkozy. (Vandoeuvre-lès-Nancy le mardi 11 décembre07). Sarkozy ne faisait pas référence à ses collaborateurs mais, entre autres, aux personnes âgées. Franchement inhumain!!! 

 

 

Soutenez le "Canard enchaîné " seul journal indépendant car non financé par des publicités, seul hebdomadaire qui ose révéler la vérité et grâce à qui nous avons connaissances de ces malversations, qui resteraient tues.

Publié dans sarkosy et le social

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
J
je m'en suis rendu compte. que d'honneur; je ne pense pas en mériter tant. Bonnes fêtes à toi également
Répondre
E
bonjour
j\\\'ai cité tes derniers articles, misère etc dans mon sdf nommé Jésus
et tu as les honneurs de mon dernier article au début et à la fin
bien fraternellement Eva
et très bonnes fêtes à tous
 
 
Répondre