Jusqu’à la lie

Publié le par jps

A Rome, le 20 décembre 2007 lors de son allocution dans la salle de la signature du Palais de Latran, sarkozy aborde le thème de la laïcité en appelant à l’avènement d’une "laïcité positive " qui sache "veiller à la liberté de pensée ", mais qui "assume également les racines chrétiennes " de la France. La laïcité ne saurait être polysémique. Pourtant, c’est ce que tente de nous faire croire sarkozy en affublant ce terme de l’adjectif positif, comme il le fait à toutes les sauces, conformément à sa vision manichéenne. Il ajoute "la laïcité n'a pas le pouvoir de couper la France de ses racines chrétiennes. Elle a tenté de le faire. Elle n'aurait pas dû." La laïcité et l’indivisibilité sont-elles parfois des notions dichotomiques ? Souhaite-t-il amender l’article 1 de notre constitution qui stipule que "la France est une République indivisible, laïque, démocratique et sociale… " ? Ne s’appuie-t-il pas plutôt sur le préambule de notre constitution qui "proclame solennellement son attachement aux Droits de l'homme et aux principes de la souveraineté nationale tels qu'ils ont été définis par la Déclaration de 1789 " et dont justement reconnaît les droits de l'Homme et du Citoyen "en présence et sous les auspices de l'Etre suprême ". Ceci me paraît contradictoire avec l’article 1 de notre constitution, mais arrange sarkozy. Il est à remarquer qu’il n’est pas indiqué de quel " Etre Suprême " il s’agit, donc aucune distinction religieuse n’aurait en l’espèce de sens. Au surplus, la pluralité est admise par l’article 10 de cette déclaration qui indique que : " Nul ne doit être inquiété pour ses opinions, même religieuses, pourvu que leur manifestation ne trouble pas l'ordre public établi par la Loi. "

Sarkozy tente, le 17 janvier 2007, lors de la cérémonie de vœux aux représentants des autorités religieuses, de rectifier ses propos au sujet de son attachement au principe de laïcité en tant que "respect de toutes les croyances et non un combat contre les religions". Malheureusement, il retombe dans ses travers en opposant ceux qui sont pour, de ceux qui sont contre toutes formes de religions.

En fait, je ne suis pas certain que ce soit fortuit mais plutôt délibéré, suivant une certaine stratégie consistant à créer plus de divisions au sein de la population, non seulement entre croyants mais également entre laïcs et croyants. Ainsi ils seront plus préoccupés à s’entre-déchirer et Sarkozy pourra ainsi régner en toute quiétude. Il existe un risque de surenchère avec les Nouvelles religions et les sectes, que sarkozy souhaite en faciliter l’émergence. Le défaut de toute religion est de se croire détentrice de la vérité universelle. Germe de dispositions discriminatoires "les left-behind " (si tu n’es pas avec nous, tu es contre nous) terrains favorables aux conflits futurs car ses pratiquants ne se satisfont plus de la sphère privée, d’autant que sarkozy leur offre de plus en plus des possibilités d’ingérence dans la sphère publique, alors même que les religieux eux-mêmes n’acceptent pas que l’on s’occupe de leurs affaires. Sarkozy veut faire entrer au Conseil économique et social les représentants des différents courants religieux. A quand la scientologie au conseil économique et social ?

Les religions investissent, de plus en plus, nos sociétés du fait du désinvestissement de l’état au profit des intérêts économiques, laissant en jachères le social. Le désengagement de l’état, qui se recentre dans ses missions régaliennes, laisse le champ libre aux pouvoirs économiques et concomitamment les plus démunis en déshérence embrassent les religions qui comblent ce vide pour redonner de l’espérance (chimérique) et reconstituer du lien social. Sarkozy croit-il s’assurer la paix sociale car la plupart des mouvements religieux érigent en préceptes le renoncement, l’abnégation, l’acceptation de sa situation, voir de la souffrance, comme condition à l’accès aux paradis tuant ainsi dans l’oeuf toutes idées de révoltes. C’est pourquoi à Ryad, le 4 janvier 08, sarkozy dit " Dieu qui n’asservit pas l’homme mais qui le libère ". On n'est plus loin de l'appel aux imams pour faire régner le calme dans les cités. L’histoire et même l’actualité nous en apportent, parfois, la preuve du contraire. Les mouvements religieux sont considérés par sarkozy comme le ciment de nouveau liens sociaux, cependant celui-ci sera fragmentaire, avec le risque, alimenté par les fanatiques religieux, de retomber dans l’ère de l’inquisition avec son lot d’"infidèles" et d’"hérétiques" vouées aux gémonies, avec la quasi-certitude d’une société rétrograde machiste au détriment des homosexuel(le)s, des femmes et plus globalement de la liberté d’opinions et des mœurs. Aussi subrepticement que sûrement, la société française sombrera, de nouveau, dans les errements atroces d’antan. Les religions favoriseront la constitution de pôles identitaires cristallisant ainsi les frustrations (car persuadées de détenir la "Vérité" absolue sur toute chose) et favorisant le ralliement des comportements belliqueux (suivant des spéculations oiseuses de "prophètes"), à l’exception de la religion bouddhiste qui se caractérise par sa tolérance et enlace, me semble t-il, toutes les religions. Le risque de guerre civile sous forme de guerre de religion est pris par sarkozy. Sarkozy compte être gagnant quelle qu’en soit l’alternative, soit la religiosité est un instrument pour asservir le peuple soit c’est l’incendie qui lui permettra d’apparaître comme étant le sauveur en y remettant de l’ordre (de manière drastique) par la suite.

La loi de 1905 répond entièrement aux besoins et aux aspirations des français. Il est inutile d’y revenir. Ou alors, c’est un état agnostique qu’il faut promouvoir permettant de concilier les croyants, entre eux, ainsi qu’avec les athées, car personne ne peut de façon incontestable prouver l’existence ou la non-existence d’un Dieu. Il n’est pas question de refuser l'idée du divin. " Si les fidèles savaient, ils ne seraient pas des croyant[e]s mais des sachant[e]s. Or ils/elles ne savent pas : ils/elles croient. ". Même les athées tentent de se persuader par l’élaboration de syllogismes quelques fois complexes. A mon sens, les seules convictions légitimes, qui vaillent, reposent sur le respect des droits humains. Que l’on soit croyant ou non ce qui importe c’est faire du bien à autrui faire preuve de compassion.

Attention sarkozy ! car, pour l’avoir dit, il ne vous a pas échappé que "Dieu est le rempart contre l’orgueil démesuré et la folie des hommes. " mais avez vous compris au moins ce que vous répétez ? notamment " Dieu […] ne cesse de délivrer à tous les hommes un message d’humilité et d’amour, un message de paix et de fraternité, un message de tolérance et de respect. "

Sarkozy tente de nous faire tout supporter. Etes-vous disposé (e) à accepter cette décadence de la société française ? Habillant ses actes perfides par des propos enjolivés sous d’apparentes évidences, boirez vous ses paroles jusqu’à la lie ?

Commenter cet article

jean 01/07/2008 19:48

pétiton pour la déstitution de niciolas sarkozy de ses fonction de président de la république à signer et a diffuser largement signez sur http://www.antisarkozysme.com