Air délétère

Publié le par jps

Yves Calvi a l’art de donner l’illusion d’un débat démocratique. Faisant croire à des discutions contradictoires alors qu’en fait les invités, bien choisis, sont d’accord sur l’essentiel et que les différents ne portent que sur des aspects insignifiants, ou alors, nous avons droit à un débat aseptisé, entre une droite et une "gauche" molle acquise au libéralisme. C’est l’embedding de certains journalistes. Ce que je démontrais dans L’eutrophisation des médias.

Le mardi 5 février 08, dans son émission " Cdansl’air " sur France5, ayant pour intitulé " Va-t-on se serrer la ceinture ". Jacques Marseille (un invité) ment de manière éhontée. Il affirme que l'inflation était de 14 % en 1982. Pour un économiste .... normal, il écrit au Figaro. La réalité est la suivante : L’inflation en France

1979 11.0 %

1980 13.5 %

1981 13.4 %

1982 11.8 %

1983 9.6 %

(source le monde, Bilan le monde 2000)

L’inflation a commencé à baisser lorsque la gauche est venue au pouvoir (et en 1985 inflation : 2,6% source Alternatives économiques, Hors-série n° 46). Jacques Marseille tentait d’imputer l’inflation à la gauche mais c’est tout le contraire. Peu importe le passé mais le mensonge m’est insupportable. Au demeurant, dans ce débat, l’avenir n'apparaît guère réjouissant.

Publié dans poly-tics

Commenter cet article

deslilas 07/02/2008 18:34

Jacques Marseille n'est pas un invité il est chez lui dans C dans l'air pour toujours distiller ses rengaines frelatées. Le plus mauvais propagandiste du libéralisme avec Michel Godet.

TendrePoison 07/02/2008 13:18

Précieux ce blog.
Je me permets de mettre un lien vers lui sur mon propre blog, ainsi qu'un extrait de l'article "Rumeur je taierai ton nom".
Ca fait du bien de voir un peu de conscience !

Renard 06/02/2008 10:34

C'est normal...
C'est désormais la droite qui patauge dans l'idéologie et le déni de la réalité. A gauche, on se cherche, flottement, mais on reste en contact avec les faits.
Et puis faut pas regarder Calvi. Emission la plus partiale depuis l'ORTF.