Quels sont les gènes de la girouette ?

Publié le par jps

« Quelqu’un qui part sans préparer sa succession c’est quelqu’un qui n’est pas à la hauteur.  C’est  ainsi qu’avait été intronisé David Martinon par sarkozy, à Neuilly le 30 septembre 2007. David Martinon est à présent lâché. Peut-on appeler ceci une préparation ? A l’évidence, ce parachutage illustre une improvisation, comme en à l’habitude sarkozy. Il connaissait l’impéritie de David Martinon puisqu’en octobre 2007, exaspéré par les questions d’une journaliste de CBS, il avait proféré à l’endroit de Martinon « quel imbécile !»

Sarkozy lâche une fois de plus un de ses proches.  C’est coutumier chez lui, il a lâché Chirac. De toute façon, comme le confiait Cécilia, Nicolas Sarkozy n’a pas d’amis.  David Martinon, le porte-parole de l'Elysée, avait été lâché dimanche par le fils cadet de Nicolas Sarkozy. C’est de famille, la trahison ? Est-ce génétique ? … je me moque. Est-ce une stratégie « dynastique ». Jean Sarkozy actuellement mis en accusation pour délit de fuite suite à un accident qu'il aurait provoqué. Ce fait du Prince sera-t-il jugé en juin ? Pas de comparution immédiate ?  Sarkozy donne des leçons d'éducation. Qu'il commence à passer le karcher chez lui !

Ce fils, qui prétendait ne pas vouloir s’exposer, est à l’initiative de la déchéance de Martinon. Je dis mais je ne fais pas ! Quelle ressemblance avec son père ! La France est la risée depuis longtemps des autres pays et cela perdure. « L'Elysée ne prend plus aucun risque, si ce n'est celui du ridicule » (lesoir.be). L’UMP investit Jean-Christophe Fromantin jusqu’alors dissident, ainsi sarkozy se met à l’abri d’une cuisante défaite dans son fief.

Les amis se révèlent dans la difficulté comme les traîtres et David Martinon en a fait la douloureuse expérience. L’UMP méconnaît la valeur de solidarité. C’est une notion qui leur est totalement étrangère. C’est pourquoi, il prône l’ultralibéralisme.

La psychologie du personnage se révèle dans tous ses actes. Un jour il te soutien, le lendemain, il te lâche. Un jour il veut se marier, le lendemain il sollicite le retour de son ex. Un jour il dénigre la police de proximité, le lendemain il  l’instaure de nouveau sous un autre nom. Un jour il s’affiche comme étant le président du pouvoir d’achat, le lendemain il instaure des taxes. Un jour il veut moraliser l’économie libérale et le lendemain il souhaite dépénaliser le droit des affaires. Un jour il est pour que le traité européen soit validé par référendum (1) et le lendemain il le fait approuver par le parlement. Un jour, il conçoit le rôle de Président comme un oubli de soi et le lendemain il triple avant tout son indemnité de Président et ne pense qu’à sa vie privée (3). Un jour, il … il donne le tournis ! Avant il était déjà comme CELA

sans gène !.....Pourquoi se gênerait-il ?

(1)     « Je le dis comme je le pense, simplement. Je ne vois pas comment il serait possible de dire aux Français que la Constitution Européenne est un acte majeur et d’en tirer la conséquence qu’elle doit être adoptée entre parlementaires, sans que l’on prenne la peine de solliciter directement l’avis des Français. » (Extrait du discours de Sarkozy au Conseil National de l’UMP - Aubervilliers, le 9 mai 2004)

(2)     Pour l’image

(3)   Discours de Tours, le 10 avril 2007 du candidat Nicolas Sarkozy. « Être Président de la République tel que je le conçois, c'est une ascèse, c'est l'oubli de soi, de son bonheur personnel, de ses sentiments, de ses intérêts pour ne plus avoir en tête que le bonheur des Français, le prestige de la France , la grandeur de l'État et le bien commun. » « Il ne faut pas être candidat à la présidence de la République française si l'on ne veut rien donner de soi-même, si l'on ne veut rien sacrifier, si l'on ne cherche que son bonheur et la réussite sociale. Il ne faut pas être candidat à la présidence de la République si l'on n'est pas prêt à s'imposer davantage de devoirs que les autres. Parce qu'un président de la République c'est quelqu'un qui n'a pas plus de droits, plus de privilèges et moins de devoirs. Mais quelqu'un qui au contraire a moins de droits, moins de privilèges que quiconque et plus de devoirs. Il ne faut pas être candidat à la présidence de la République si l'on ne se sent pas capable de donner l'exemple et de s'imposer à soi-même les sacrifices que l'on demande aux autres. » (discours de sarkozy à Tours le 10 avril 2007)

Publié dans sarkozy versatile

Commenter cet article

TendrePoison 13/02/2008 21:23

Bah il pond une caricature de ce qu'il croit qu'il est de bon ton de dire en fonction des circonstances. c'est juste un effet du vide intérieur . sauf que ça ne fonctionne qu'un temps... mais vu la confusion et la sidaration ambiante, il a encore une marge de manoeuvre....  ça m'a fait penser à un passage d'une livre que j'ai lu : Oui oui... il a bien dit ça.... - Transition
Enfin c'est quand même effrayant tout ça....

paul 12/02/2008 16:23

Il n’y a pas que sarkozy….. il y a aussi Devedjan, comme girouette. En fait, c’est toute la majorité présidentielle qui n’a aucune ligne politique "La nuit ne portant pas toujours conseil, \'apprends ce matin par Europe 1 que Patrick Devedjian a changé d'avis et décide de proposer l'investiture à M. Fromantin. Je n'accepte pas cette décision arbitraire". M. Teullé rentre en dissidence et se présente

epigones 12/02/2008 13:22

"L'ambition dont on n'a pas les talents est un crime"(Chateaubriand)