Confidences ?

Publié le par jps

Nous étions très très nombreux à dénoncer la dangerosité du personnage, nous en avions apporté les preuves. Certains (53%) ne nous ont pas cru. Ils nous incriminaient de vouloir diaboliser sarkozy. Pourtant, d’autres faits et également des propos ou écrits en apportent la confirmation. Ils reposent presque entièrement sur des comportements connus ou observables en public.

Sarkozy est un menteur, sans vergogne, avec aplomb. Lors de sa première conférence de presse du 8 janvier 2008 il réfute les propos qu’il a tenu consistant à considérer Fillon son premier ministre comme étant un collaborateur : " Trouvez-moi la phrase où j'ai dit ou écrit que François Fillon était mon collaborateur " (libération.fr) et bien la voici : " Le Premier ministre est un collaborateur. Le patron, c’est moi " ( Sud Ouest le 22 août 2007, page 6)

Lors de cette même conférence de presse en réponse à la question s’il souhaitait "que 2008 soit la fin, au moins réelle, des 35 heures " il a répondu sans ambiguïté "oui " et, le mercredi 9 janvier 08 au soir, à l’occasion des vœux devant les parlementaires (à l’exception de nombreux députés et sénateurs de gauche) et une délégation du conseil municipal de Paris (on soulignera la présence de Delanoé) il affirme qu’il n’est pas dans "l’intention du gouvernement " de supprimer la durée du travail.

Lors de sa campagne électorale, le 2 mars 07 au "Grand Journal" de Canal Plus, sarkozy a promis de publier régulièrement des bulletins de santé s'il était élu. "Quant à mon bulletin de santé, bien sûr je le publierai (...) Je ferai de mon médecin une vedette, je lui promets" Belle transparence il a été brièvement hospitalisé le 21 octobre en toute discrétion à l'hôpital militaire parisien du Val-de-Grâce pour y subir l'ablation d'un abcès à la gorge. ( révélation par Denis Demonpion et Laurent Léger auteurs de "Cécilia. La face cachée de l’ex-première dame"). Depuis qu’il est président, il n’a publié qu’un bulletin de santé, celui de son entrée en fonction.

Anna Bitton, confidente de Cécilia Ciganer-Albeniz ex-épouse sarkozy, rapporte dans son livre intitulé " Cécilia " (suivant ce qui est rapporté par divers chroniqueurs ou journalistes) qu’en privé sarkozy disait toujours à sa femme " T’es conne " et en public " Elle est géniale "

La "mauvaise foi", concept de Sartre (L'Etre et le Néant chapitre2), semble être une des caractéristiques de sarkozy... Lui qui sait mentir comme il respire. L’homme y abuse de sa liberté par rapport à la vérité, et, est piégé par sa liberté même, puisqu’il se met à croire à ce à quoi il se fait croire. Le paradoxe : être dupe de ses propres mensonges.

Sarkozy a un Problème de comportement. A l’occasion de ces même vœux devant les parlementaires sarkozy dit selon Reuter " Je forme le voeu que 2008 soit l'année de l'ouverture du chantier du Grand Paris (...) Vous en serez naturellement partie prenante " s’adressant à Bertrand Delanoé devant Françoise de Panafieu, qui concourent tous deux pour les élections municipales à la ville de Paris. Les jeux sont faits pour sarkozy. Panafieu n’a pas dû être très à son aise.

Anna Bitton écrit dans son livre intitulé " Cécilia " que Cécilia aurait dit de sarkozy "Il a un coté ridicule. Il n’est pas digne. Nicolas, il ne fait pas Président de la République, il a un problème de comportement […] Il faut que quelqu'un le lui dise, j'ai fait cela pendant dix-huit ans, je ne peux plus le faire, je suis désormais la dernière à pouvoir le faire." ". Sarkozy "aimait comme on emprisonne ".

Ce problème comportemental a été révélé à maintes reprises, notamment, en novembre 2005, lorsque Nicolas Sarkozy passe un savon à Azzouz Begag : 'Tu es un connard ! Un déloyal, un salaud ! Je vais te casser la gueule ! Tu te fous de mon nom… Azouz Sarkozy ! Je vais te montrer, moi, Azouz Sarkozy… Tu te fous de mon physique aussi, je vais te casser ta gueule, salaud ! Connard !'". "A chaque fois que j'essaie de placer un mot", explique Azouz Begag, "il me coupe : 'J'en ai rien à foutre, de tes explications ! Tu vas faire une dépêche à l'AFP pour t'excuser, sinon je te casse la gueule…'". "Le ministre de l’intérieur m'a conseillé, dans une ultime menace, de ne jamais plus lui serrer la main à l'avenir, sinon il allait m'en cuire", ajoute Azouz Begag.

Autre exemple démontrant cette fois le caractère capricieux : dans les locaux de France 3 le 18 mars 07 à 19h30, peu avant le début de France Europe Express où sarkozy est à l’honneur. En salle de maquillage tous les fauteuils sont déjà occupés par les autres invités de l’émission. On demande donc à sarkozy de patienter. C’est un crime de lèse-majesté. Il pique aussitôt une de ses colères coutumières et hurle : : "Je ne veux pas attendre plus longtemps, je veux me faire maquiller tout de suite". Nouveaux hurlements d’un Sarkozy déchaîné : "Mais enfin, il n’y a personne pour m’accueillir. La direction n’est pas là ? Ce n’est pas normal. Qu’est-ce qu’ils font ? Qui suis-je pour être traité ainsi ?" […] on s’en va" […] "Personne n’est là pour m’accueillir. Toute cette direction il faut la virer. Je ne peux pas le faire maintenant. Mais ils ne perdent rien pour attendre. Ça ne va pas tarder". . Tels sont les propos menaçants que Sarkozy a tenu envers la direction de France 3 dans les couloirs du siège de France Télévisions le 18 mars (source: Le Canard enchaîné.)

Sarkozy est puéril, immature. Il se fait accompagner de Bigard, aux plaisanteries salaces, voir le Pape. Il va à Dysneyland pour afficher sa nouvelle compagne. Ce n'est plus un conte de fée, c'est un compte de fesse.

La "nervosité" de Sarkozy est inquiétante et nuit à l’image de la France. Mercredi 9 octobre 07, le correspondant du quotidien russe Kommersant a noté pour sa part la "nervosité" de Sarkozy à son arrivée à la résidence de Poutine. "Il se dandinait tout le temps, gesticulait énormément, souriait, s’arrêtait de sourire, recommençait à sourire (..) Il a invité Poutine à s’asseoir avant que ce dernier n’ait eu le temps de le faire en tant que maître de maison". Nicolas Sarkozy, recevant le Premier ministre irlandais, Bertie Ahern, le 21 septembre 07, puis suédois, FredrikReinfeldt, le 3 octobre 07, se serait livré à une véritable diatribe anti-musulmane devant ses invités, dans un monologue confus d’une vingtaine de minutes, " dans un langage très dur, très familier, choquant pour tout dire". Nicolas Sarkozy se rend au Kremlin mais il invite son hôte à s’asseoir chez lui ? (lapsus révélateur d’une personnalité). Nicolas Sarkozy répond à CBS ? Il met fin prématurément à l’interview, très Excédé.

Lobaczewski a examiné dans Ponérologie Politique — la description du mal appliqué à des fins politiques (Ponérologie purgé de ses connotations religieuses) [Les Editions Pilule Rouge B.P. 121 - 82100 CASTELSARRASIN France] ce que la psychanalyse actuelle appelle "troubles de la personnalité antisociale ". Lorsque les dirigeants sont des psychopathes, leur façon de penser et de raisonner — leur "moralité " — devient la culture et la "moralité " communes des populations qu’ils gouvernent. Ces dirigeants ont une tendance à croire que le mal provient des autres. Ces dirigeants n’ont pas besoin de l’adhésion de larges populations, mais seulement d’une minorité puissante qui puisse à la fois "orienter " la population et la contrôler. Sarkozy est soutenu par une minorité très puissante ceux qui détiennent les médias, l’industrie etc … le mécontentement populaire ne compte pas. " Le plus oppressé et le plus injustement traité est facilement contrôlé par la peur et la crainte de perdre le confort matériel auquel il a accès : divertissements, sports, jeux, etc. Même l’échec du système éducatif, médical et des garanties sociales, ne pousse pas les gens à réellement remettre la situation en question. Nous avons affaire — pour reprendre les termes d’Aldous HUXLEY — à une dictature scientifique : du pain et des jeux." (Laura Knight-Jadczyk). Quand on comprend la véritable nature de cette influence : qu’elle est sans conscience, sans émotion, égoïste, froide et calculatrice, dénuée de tous standards moraux ou éthiques, on est horrifié (d’ou la prise de conscience, à posteriori, de Cécilia du danger que présente le livre d’Anne Bitton), mais en même temps, tout commence à s’éclairer soudainement.

Sarkozy le vénal. " Nicolas est pingre ". Dés les premiers mois, après son élection il pense avant tout à tripler son indemnité. Peu importe le pouvoir d’achat des français, peu importe que les caisses soient vides. Il ramène tout à l’argent. Pendant la campagne électorale sarkozy avait menacé Michel Field, avant une émission animée par lui en disant : " Si tu m'emmerdes trop, je dis ton salaire à l'antenne ".

Attention, "une culture de la cupidité et de l’égoïsme crée un environnement au sein duquel ce qui est pathologique devient la norme " (Henry See)

La Versatilité de sarkozy est elle pathogène ? Souvenez--vous lors d’une visite aux Etats-Unis le 13 septembre 2006, aux frais des contribuables, un Ministre d’Etat, en l'occurrence sarkozy, parlant au nom de la France a critiqué la position de la France à la French American Foundation à Washington, dénonçant "l’arrogance française " pour s’être opposée à la guerre en Irak. Il déclare 4 mois après, au congrès de l’UMP soit le 14 janvier 2007, avec culot et de manière éhontée, " Je veux rendre hommage à Jacques Chirac, qui a fait honneur à la France quand il s’est opposé à la guerre en Irak, qui était une faute. " [on est pas à une contradiction supplémentaire]

Autre remarque : Martha STOUT, dans son livre The Sociopath next door (Le sociopathe d’à côté), identifie ce qu’elle appelle le stratagème de la pitié. Les psychopathes utilisent la pitié pour manipuler les autres. Ils vous convainquent de leur donner encore une chance. Sarkozy n’a-t-il as dit lors de la campagne présidentielle "j’ai changé " n’a t-il pas dit j’ai commis des erreurs lorsqu’il a été interviewé par PPDA et Chabot ? N’est-ce pas de cette manière solliciter une seconde chance à chaque fois ? On peut s’interroger.

Sarkozy est misanthrope. Anna Bitton écrit dans son livre que cécilia aurait dit de sarkozy ". C’est un homme qui n’aime personne, même pas ses enfants […] Nicolas n'a pas d'amis. C'est pour cela qu'il s'entoure des miens. ". Sarkozy est dans l’incapacité à gouverner car il ne s’intéresse pas aux problèmes des français. Il est dépourvu de tout sentiment, de compassion. Il est incapable d’éprouver des émotions profondes.  " Maintenant, imaginez que vous êtes capable de feindre une telle émotion, tout en restant calme et calculateur, tandis que la personne avec laquelle vous échangez est véritablement prise dans un tourbillon émotionnel. " comme le suggère Henry See)… Tout est dit ! Sarkozy peut reprendre à son compte les paroles de la chanson " confidence pour confidence " de Jean Schultheis

Je me fous, fous de vous
Vous m'aimez, mais pas moi
Moi, je vous... (emmerde)
Confidences pour confidences
C'est moi que j'aime à travers vous

Mais aimez-moi à genoux
J'en suis fou
Mais de vous à moi je vous avoue
Que je peux vivre sans vous
Aimez-moi à genoux
J'en suis fou
Et si ça vous fait peur
Dites-vous que sans moi
Vous n'êtes rien du tout
Tout pour rien, rien pour vous
Vous m'aimez, mais je joue
J'oublie tout
Confidences pour confidences
C'est toujours moi
Que j'aime à travers vous

Vous pleurez, révoltée, taisez-vous
Vous m'aimez, mais pas moi
Moi je vous veux pour moi
Et pas pour vous
Vous je m'en fous, tant pis pour vous
Aimez-moi à genoux,
J'en suis fou
Et n'oubliez jamais que je joue
Contre vous, vous pour moi
Sans vous, vous l'avez voulu
Tant pis pour vous
Aimez-moi
Mais confidence pour confidence
C'est moi que j'aime à travers vous

Je me fous, fous de vous
Vous m'aimez, mais pas moi
Moi, je vous... (emmerde)
Confidences pour confidences
C'est moi que j'aime à travers vous
Si vous voulez les caresses
Restez pas, pas chez moi
Moi j'aime sans sentiment
Confidences pour confidences,
C'est moi que j'aime à travers vous

Cécilia, parait-il "admirait Ségolène Royal" et regrettait qu’il n’y ait pas plus de "nanas intelligentes à l’UMP". Cécilia reconnaît l'intelligence de Ségolène Royal !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
C
bravo mais malheureusement on l'a pour 5 ans voire plus si la gauche ne se réveille pas 
Répondre
G
Rien à redire !
Et dire qu'on en a encore pour quatre ans ! :(
Gilles
Répondre
,
Rien a rajouter tout est dit et bien dit BRAVO.
Répondre